B'NAI B'RITH FRANCE
Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)
Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le B'nai B'rith France a reçu Madame Nathalie Kosciusko-Morizet Mercredi 5 Mars au Centre Communautaire de Pari


Vendredi 7 Mars 2014



Aris Hauptschein – Nathalie Kosciusko-Morizet – Serge Dahan
Aris Hauptschein – Nathalie Kosciusko-Morizet – Serge Dahan

Dans le cadre du cycle «

 

Rencontre & Dialogue », le B’nai B’rith France a reçu mercredi 5 mars au Centre Communautaire de Paris Nathalie Kosciusko-Maurizet candidate à la mairie de Paris, autour de Serge Dahan, Président du B’nai B’rith France, d’Aris Hauptschein, Président de la Région Ile de France du BBF, en présence du Député Maire du 16ème arrdt de Paris Claude GOASGUEN et de nombreuses personnalités dont Monsieur le Député Claude-Gérard MARCUS, Madame Murielle SCHOR Adjoint au maire du 17Ième, Monsieur Marc LUMBROSO Adjoint au Maire du 16ième, Madame Céline BOULAY-ESPÉRONNIER et Monsieur Pierre AURIACOMBE Conseillers de Paris

 

Devant une nombreuse assistance, et après une introduction de Serge Dahan, rappelant les liens des citoyens de confession Juive avec Paris et les grandes lignes du projet de Nathalie Kosciusko-Maurizet, la candidate à la mairie de Paris a exposé l’importance de la condition des Juifs parisiens, rappelant l'histoire depuis 1806 par laquelle Napoléon 1er leur donnait une place entière, qu'il convient de maintenir et de défendre.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, a tenu à préciser que le fait même de soulever la question de la place des Juifs à Paris revient à remettre en cause un statut acquis pour chacun et pour tout Parisien quelle que soit son appartenance ou ses convictions confessionnelles.

Au-delà de la place évidente des juifs qui sont en France chez eux, ce qui préoccupe avant tout Nathalie Kosciusko-Maurizet, c’est l’inquiétude des juifs de Paris devant la multiplication des actes violents antisémites qui les incitent à se détacher et à envisager de partir.

 

A la question, des carrés juifs dans les cimetières parisiens, Nathalie Kosciusko-Maurizet a répondu que es qualité de Maire de Longjumeau, elle avait fait ouvrir un nouveau carré dans les mêmes proportions que tout un chacun.

Mais si l'on respecte le Juifs morts, on doit avant tout respecter les vivants. Nathalie Kosciusko-Maurizet a rappelé que la population juive parisienne représente environ 1% de la population totale, alors qu’elle a dû subir 40% des actes d'agressions racistes et antisémites, ce qui n’est pas acceptable.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet a très clairement fait un lien direct entre antisionisme et antisémitisme.

A ce sujet, elle a constaté qu'il est "élégant" pour certains de se dire antisionistes sans s'avouer être antisémites, et a expliqué qu’il fallait demander aux élus de se positionner clairement sur le lien entre l'antisémitisme et l’antisionisme.

 

La candidate à la Mairie de Paris s’est dite très attachée à Israël et à sa sécurité, un pays qui symbolise notamment la recherche et l’innovation.

Elle a rappelé qu’elle se rend régulièrement en Israël, voyage à travers le pays et admire la qualité des entreprises Start Up qu’elle a pu visiter et l'excellente des universités et du Technion.

 

Nathalie Kosciusko-Maurizet est hostile et combat les actions BDS (Boycott – Désinvestissement – Sanctions) qui frappe Israël et a clairement dénoncé les élus qui soutiennent ces actions inacceptables.

Monsieur Claude Goasguen a insisté à cet égard sur le fait qu’il s’agit là d’une pratique illégale et inqualifiable.

Ce Boycott est allé jusqu'à empêcher le jumelage entre des Universités françaises et israéliennes.

 

Après que Serge Dahan ait rappelé les fortes inquiétudes liées aux Territoires devenus « interdits » pour la communauté juive dans la Républiques et aux conséquences sur le développement de l’antisémitisme, Nathalie Kosciusko-Maurizet s’est dite très sensible à cet argument et déterminée à combattre cette dérive qui met les valeurs de la République en danger.

 

Finalement, Dorothée Anis, Secrétaire générale du B’nai B’rith France, a présenté le Livre Blanc et certaines des mesures qui y figurent, avant de le remettre à Nathalie Kosciusko-Maurizet qui l’a reçu avec un grand intérêt.

 
Après avoir reçu Anne Hidalgo le 6 février dernier, le B’nai B’rith France a ainsi poursuivi un dialogue républicain constructif et ouvert dans le cadre des élections municipales à venir et face aux défis majeurs que la communauté juive doit relever aux cotés de tous les défenseurs des valeurs de la République.


Forte mobilisation pour la « Rencontre & Dialogue » avec Nathalie Kosciusko-Morizet
Forte mobilisation pour la « Rencontre & Dialogue » avec Nathalie Kosciusko-Morizet









Lu 925 fois


Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté