B'NAI B'RITH FRANCE
Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)
Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Compte-rendu du livre de Jacques Tarnéro : Le Nom de trop par Max Kohn


Dimanche 11 Décembre 2011

Compte-rendu du livre de Jacques Tarnéro : Le Nom de trop par Max Kohn
Pour Jacques Tarnéro, loin d’être une réaction à Israël, l’antisémitisme est constitutif de la doctrine de l’islamisme. Ce que les Arabes détestent d’Israël, c’est en creux et en réalité le désastre arabe, qui est un vrai problème.



Compte-rendu du livre de Jacques Tarnéro : Le Nom de trop par Max Kohn
Compte-rendu du livre de Jacques Tarnéro : Le Nom de trop[[1]]url:http://www.bbfrance.org/admin/page/3538160/#_ftn1
 
Max Kohn, Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, CRPMS, EA 3522, 75013, Paris, France, psychanalyste membre d’Espace analytique, psychanalyste à la Maison de la Mère et de l’Enfant à Paris (Fondation Albert Hartmann, Société Philanthropique). Président de la loge Sigmund Freud.
Site : www.maxkohn.com
 
Le nouveau livre de Jacques Tarnéro met d’emblée les choses au niveau d’un rapport au langage dans le conflit qui existe autour du nom d’Israël. « Les grands crimes politiques ont toujours eu besoin de mots pour se légitimer et la parole annonce le passage à l’acte » nous dit-il. Et comme le rappelle Albert Camus : « mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. »
Jacques Tarnéro essaye de bien nommer les choses s’agissant d’Israël. Paraphrasant le philosophe Alain Badiou, il ne se demande pas tellement de quoi juif est le nom, mais en quoi ce nom est-il en trop.

C’est un livre polémique. On ne peut pas dire qu’il y est une analyse extrêmement serrée des événements historiques et des énoncés qui les accompagnent, mais il est intéressant malgré tout en ce qu’il montre à quel point la haine d’Israël est puissante et trouve son origine dans une dimension inconsciente qui a l’air de perdurer. L’idéologie antisioniste ne se réduit pas pour lui à une critique de la politique israélienne. Ceci dit, il y a dans ce livre non seulement une défense d’Israël, du nom d’Israël mais aussi une dimension critique et assez lucide quand il nous dit par exemple que la force militaire israélienne dit sa fragilité existentielle.

En outre, un spectre hante la réflexion de Jacques Tarnéro : la disparition purement et simplement d’Israël. L’idée que cette disparition mettrait fin aux problèmes du monde est quand même l’un des aspects de ce qui circule dans l’actualité même si c’est bien évidemment un fantasme et aussi un mythe.

Le signe juif est mis à mal au-delà d’Israël. Privés d’espace, les Juifs ont imprimé dans le temps des autres leur marque en filigrane des nations. C’est peut-être en ayant un lieu propre (un espace à soi) et donc aussi le temps auquel on appartient et qui n’est pas nécessairement le temps des autres que les événements actuels autour d’Israël peuvent s’entendre.

La haine-monde vise un peuple-monde à la limite de certains auteurs comme Shlomo Sand[[2]]url:http://www.bbfrance.org/admin/page/3538160/#_ftn2 qui vont jusqu’à nous expliquer que ce peuple fut inventé. L’invention de soi est tout de même une composante importante de l’identité narrative dont nous parle Ricœur. Ce qui ne veut pas dire qu’un peuple n’existe pas. Mais il a nécessairement des récits sur lui-même. D’ailleurs pour Ricœur, le peuple juif est de ce point de vue exemplaire puisqu’il s’adresse à lui-même des récits qui fondent son identité narrative.

Comme le disait le 27 novembre 1967 Charles de Gaulle, « ce peuple d’élite sûr de lui-même et dominateur pose problème à beaucoup de monde. »

Pour Jacques Tarnéro, loin d’être une réaction à Israël, l’antisémitisme est constitutif de la doctrine de l’islamisme. Ce que les Arabes détestent d’Israël, c’est en creux et en réalité le désastre arabe, qui est un vrai problème.

Le nom juif est-il une appropriation d’un substantif qui pourrait n’être qu’un attribut ou bien est-ce qu’un peuple n’est pas l’ensemble des « noms » qui se reconnaissent en lui ? Qu’est-ce que l’appartenance à un peuple sinon l’idée partagée de « noms » qui s’y reconnaissent, dixit Jacques Tarnéro. Au fond il nous explique que ce qui menace Israël nous menace.


[[1]]url:http://www.bbfrance.org/admin/page/3538160/#_ftnref1 TARNÉRO, Jacques, Le Nom de trop. Israël illégitime ? éd. Armand Collin, Paris, 2011.
[[2]]url:http://www.bbfrance.org/admin/page/3538160/#_ftnref2 SAND, Shlomo, Comment le peuple juif fut inventé, éd. Fayard, Paris, 2008.









Lu 2653 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 10 Décembre 2014 - 22:44 7ème voyage à la découverte d'Israël

Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté