B'NAI B'RITH FRANCE
Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)
Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

B’NAI B’RITH LOGE EMILE ZOLA VOYAGE A PARIS – ASSEMBLEE NATIONALE


Vendredi 30 Mars 2012

Nous étions un groupe de 19, composé pour moitié de représentants des Loges de la région parisienne et par des F. et S. de deux Loges de Provence et bien entendu de la Loge Emile Zola. Il n’était pas simple de fixer une date précise en fonction des créneaux imposés, et des disponibilités de chacun. La participation efficiente de notre S. Céline Chiche, secrétaire du député des Bouches- du-Rhône Richard Maillié, questeur à l’Assemblée Nationale, a permis une organisation on ne peut plus parfaite.



B’NAI B’RITH LOGE EMILE ZOLA VOYAGE A PARIS – ASSEMBLEE NATIONALE
B’NAI B’RITH LOGE EMILE ZOLA
VOYAGE A PARIS – ASSEMBLEE NATIONALE
24 -25 février 2012
 
Nos deux F. co-présidents avaient dès la fin de l’exercice 2010 – 2011 proposé cette visite. Ce n’était pas  simple de tout finaliser, quand on considère les contraintes liées à la taille du groupe (<50 personnes, aux délais (3 mois), qui solliciter (La présidence, un député), et aux créneaux de visite (subordonnés à la condition qu’il n’y ait ni réception officielle, ni exposition, ni les mardis ou mercredi lors des questions au Gouvernement, ou lors de débats ou l’audience est importante). En d’autres termes, on ne visite pas ces édifices comme on le ferait pour un musée.
Nous étions un groupe de 19, composé pour moitié de représentants des Loges de la région parisienne et par des F. et S. de deux Loges de Provence et bien entendu de la Loge Emile Zola. Il n’était pas simple de fixer une date précise en fonction des créneaux imposés, et des disponibilités de chacun. La participation efficiente de notre S. Céline Chiche, secrétaire du député des Bouches- du-Rhône Richard Maillié, questeur à l’Assemblée Nationale, a permis une organisation on ne peut plus parfaite.
Cette visite a débuté à l’extérieur par les deux points d’accès :
- La façade du palais Bourbon côté rue de l’Université, caractéristique par son porche en arc de triomphe, ses colonnades latérales, c’est par là qu’entrent les voitures officielles, les ministres, pour accéder près de la sphère monolithe de granit noir.
Notons que les 577  députés, les 1349 fonctionnaires entrent par le pavillon jouxtant le porche
- Ce n’est pas par là qu’accèdent les visiteurs, notre groupe, mais par l’entrée coté Seine, pas par la grande façade monumentale, mais par un petit pavillon ”Le salon du public”.
Alors pourquoi ce détail ? : Parce que pour le touriste aussi bien que pour le Parisien, ils voient depuis la place de la Concorde, en enfilade, l’Obélisque, le pont sur la Seine, et cette grande façade à colonnade avec son fronton sur lequel on peut lire de très loin ASSEMBLEE NATIONALE.
On entre donc par la petite porte, les portiques de contrôle. Une  guide qui nous est affecté, et nous visionnons un petit film sur le cérémonial que fait chaque mardi après-midi le Président de l’Assemblée Nationale pour se rendre de sa résidence de l’HOTEL de LASSAY jusqu’à l’hémicycle du  PALAIS BOURBON, pour y présider la fameuse séance des ”Questions au Gouvernement”. Ce film va nous servir de fil conducteur pour notre  visite.
- D’abord un peu d’histoire : ces deux bâtiments furent édifiés bien avant la Révolution par la fille de Louis XIV (Louise de Bourbon) et son ami le marquis de Lassay. D’où leur nom.
On a donc eu la présence de la Monarchie, puis la République, la Restauration, la 2ème  République, la 3ème  République, l’Occupation, la 4ème République et enfin la 5ème République en 1958.
- Un peu d’architecture : Les architectes  Gisors et Leconte aménagèrent une ”Salle des Séances” en forme d’hémicycle en 1798, avec un bureau du président et une tribune pour l’orateur. Pour masquer le détestable effet architectural que produisait le toit de l’hémicycle sur un bâtiment du XVIIIème, l’Empereur confia en 1806 un projet de façade à l’architecte Poyet. C’est cette façade que l’on voit maintenant. Enfin en 1826, il a fallu reconstruire la Salle des Séances qui menaçait ruine, l’architecte Joly réalisa le projet, aménagea des salons sur la cour d’honneur, et une grande bibliothèque dont la décoration fut confiée à Delacroix. Enfin en 1843, ce même architecte a exhaussé d’un étage l’Hôtel de LASSAY  pour y installer les appartements privés du Président de L’Assemblée, et a construit une véritable galerie de communication avec le Palais BOURBON.
- Un peu de décoration : il serait fastidieux de décrire toutes les pièces de ces deux bâtiments, les ”Ors de la République”… Chacun a pu tout au long admirer : La fameuse galerie de communication entre les deux bâtiments, la ”Galerie des fêtes”,” le salon Pujol”, le salon ”Casimir Perier”, la salle des quatre colonnes, le salon Delacroix, la salle des pas perdus, la bibliothèque, la salle des conférences, le salon des Mariannes, la salle à manger, le salon du départ et enfin les salles essentielles aux activités : l’hémicycle, ”Le salon des jeux” ou se tient  la ”conférence des présidents”. Et enfin toutes ses richesses de la culture réunies comme dans un musée : les peintures de Delacroix, les sculptures, les tapisseries, les trompes l’œil, les bronzes en particulier celui de Dalou représentant la fameuse séance parlementaire du  23 juin 1789, rappel de la célèbre réplique de Mirabeau.
- L’activité à l’Assemblée Nationale : la publicité des débats a été renforcée, la télévision, la chaine parlementaire, internet, les débats publics,  informent le citoyen de ce qui se passe dans l’hémicycle, dans les commissions, à la ”conférence des présidents”. On retrouve dans le petit film cette présentation.
Et notre groupe a posé beaucoup de questions à sa visite de l’Hémicycle sur les séances publiques, nous retiendrons le traitement d’un dossier de lois avec les chemises de couleur des amendements, le placement du président sur son perchoir, le rôle des huissiers, l’orateur à la tribune, les temps de parole de 2 minutes…, les secrétaires de séance, le banc des ministres, le placement des députés. Une visite spéciale aurait pu être seule consacrée à cette visite de la salle de réunion, à tel point que le groupe est arrivé à l’Hôtel de LASSAY avec du retard…. Là, le côté activité s’est concentré sur la réunion de la ”conférence des présidents”, les dispositions autour de la grande table des différents intervenants : président de l’assemblée, vice-présidents, les commissions, les secrétaires et quelques questions sur son rôle dans la fixation de l’ordre du jour et des questions orales, on avait passé le stade des questions basiques…, mais le 2ème  guide avait une grande gentillesse et moins de connaissances.
 
Après, la fatigue s’est faite sentir et le groupe s’est rendu à la Questure  pour un repas inoubliable. Parfait, parfait !!!
 
L’après midi a été consacré à la visite du SENAT.
Seconde chambre du pouvoir législatif, crée en 1795, au lendemain de la Révolution, Dans le PALAIS DU LUXEMBOURG  qui borde le JARDIN DU LUXEMBOURG.
Le groupe s’est  reconstitué après un déplacement en autobus de la RATP jusqu’à la rue de Vaugirard. L’importance des groupes attendant à l’entrée faisait penser à une visite touristique, l’accès étant moins contraignant qu’au Palais Bourbon.
-L’ histoire du PALAIS DU LUXEMBOURG  est étroitement liée à MARIE de MEDICIS qui a fait construire cet édifice puis a été ensuite exilée en 1631, sur l’ordre de son fils LOUIS XIII.
A la Révolution, cet édifice d’abord prison va devenir le SENAT.
- Architecture : à la suite de profondes modifications architecturales, pour répondre à sa nouvelle vocation, l’architecte Chalgrin va déplacer l’escalier principal, afin de réaliser une salle de séances du Sénat.
Sous la Monarchie de Juillet, il change de nom, devient ”Chambre des Pairs” et doit s’agrandir. L’architecte Alphonse de Gisors n’hésite pas à déplacer la façade sud de 30 mètres, en gagnant sur le jardin, pour permettre la construction d’une bibliothèque et y bâtir la salle des séances actuelle. De plus en démolissant des cloisons dans l’existant il crée une grande galerie nommée aujourd’hui ”Salle de Conférence”. Ce Palais est renommé ”Sénat” sous le Second Empire et après diverses affectations, il devient en 1958 ”Sénat” de la 5ème République.
Sont annexées au Sénat deux ailes de bâtiments du XVIIIème siècle appelées LE PETIT LUXEMBOURG, l’aile Est reçoit les réceptions officielles, l’aile Ouest abrite les bureaux du Sénat
- Un peu de décoration : On accède par la ”Salle du Livre d’Or” c’est riche de peintures, de décorations, de boiseries…curieuse atmosphère et pénombre, que l’on retrouve tout au long de la visite, en passant par le ”Cabinet de Départ”  bureau du président du Sénat d’où il gagne ”La salle des séances”, ”La salle des conférences” décoration Second Empire avec le siège de Napoléon 1er   ”La Bibliothèque Médicis” bien connue grâce aux émissions culture à la télévision, enfin quelques curiosités comme ” l’Escalier Monumental” ou le ”Salon des Messagers”.
- ”la Salle des Séances” : composée de deux hémicycles opposés, contient 348 sièges de sénateurs. La tribune avec le bureau du président et derrière sept statues de grands législateurs et toujours une atmosphère feutrée déjà remarquée dans la ”Salle du livre d’Or”
- L’activité du Sénat : Le Sénat a reçu par la Constitution la mission spécifique d’assurer la représentation des collectivités territoriales de la République. Sa structure est comparable à celle de l’Assemblée Nationale (commissions, rapporteurs, examen en séance plénière des amendements, scrutins, vote des lois).
Notre groupe a évoqué le système de la ”navette” en cherchant des précisions sur ces textes examinés successivement par les deux assemblées et les dossiers déposés sur les pupitres des sénateurs  pour étude.
De même le groupe installé dans la galerie réservée au public s’est intéressé aux modes opératoires des contrôles du Sénat sur le gouvernement, sur les questions d’actualité et sur les échanges entre une majorité du Sénat à gauche et une Assemblée Nationale à droite, sur ce dernier point c’était plus un dialogue interne au groupe.
 
La visite s’est terminée vers 18 h avec un rendez-vous inter-loges pour le samedi soir vers 20h dans un restaurant casher de la rue de Courcelles.
Merci encore au F. Bernard Chiche à la S. Céline Chiche pour cette visite qui marquera un moment fort de l’exercice 2011-2012 par son immense  intérêt et par cette opportunité de réunir des loges Bialik, Orve Chalom, Ben Gourion et les Loges de Provence.
 
                                                                                              F. G. Rossignol








Tags : Culture, France, Loges

Lu 1048 fois


Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté