B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

VIIIème Colloque des intellectuels juifs organisé par le B’nai B’rith Auvergne-Rhône-Alpes


Mercredi 14 Décembre 2016



VIIIème Colloque des intellectuels juifs organisé par le B’nai B’rith Auvergne-Rhône-Alpes
Dans le sillage de quelques esprits brillants, parmi lesquels il faut citer les professeurs Emmanuel Levinas, André Neher et Jean Halperin le frère David Barré et les sœurs Claude Lévy et Solange Lévy du B’nai B’rith de Lyon se sont inspirés de leur exemple pour organiser à Lyon, en octobre 2002, le premier colloque des intellectuels juifs en région.
 
Depuis cette date, tous les deux ans se tient ainsi un colloque consacré à un aspect de la culture juive.  Le succès a toujours été au rendez-vous.
 
Avec le soutien du B’nai B’rith France, le dimanche 20 novembre 2016 a eu lieu, le 8ème Colloque des intellectuels juifs  sur le thème : « Les  poètes juifs »
 
Des intervenants de qualité - en majorité sœurs et frères de nos loges- nous ont présenté, de l’antiquité au Moyen-âge jusqu’au 21ème siècle, des poètes israéliens, français, sépharades, ashkénazes - des poétesses juives à travers les temps et les continents - des poètes Yiddish. 
 
 La question que l’on peut se poser à l’issue de cette journée est de savoir en quoi la poésie juive se différencie- t-elle de la poésie en général. Nous nous garderons bien d’y répondre et laissons à chacun des participants le soin d’en tirer des conclusions personnelles.
 
 Il convient cependant de se mettre d’accord auparavant sur une définition de la poésie, ce qui est quelque peu difficile à la lecture de toutes celles qui en ont été données. Pour ma part il en est une qui me conviendrait assez bien, à savoir que « La poésie est création d’art par la parole ». Pour quelle raison ? Tout simplement parce que parmi les premiers poèmes connus sont ceux des prophètes. Or qu’est-ce qu’un prophète, sinon un interprète de la parole divine.
 
 Toujours est-il que la poésie juive est pour le lecteur d’aujourd’hui une référence historique de la vie juive au sein des Nations, véritable vecteur de transmission de mémoire, mais que, surtout, elle a été pour le peuple juif, une arme redoutable contre l’assimilation.
 
 Nos remerciements vont à tous ceux qui ont pris part à ce colloque :
- les participants de notre région, les  sœurs et frères venus de Paris et les membres du Bureau national qui nous ont fait l’honneur de leur présence : le Président Serge Dahan dont l’introduction au colloque a été fortement appréciée, Philippe Meyer, Vice-président, et  Renée Samanovy, Secrétaire générale.
-  les intervenants qui se sont investis pour présenter des travaux loin de leurs activités et préoccupations habituelles. Ils ont donné de leur temps, avec passion, pour faire de ce colloque un succès. 
 
Gérard Raphaël
Vice-président  Auvergne-Rhône-Alpes
 
 
Discours du Président Serge Dahan pour ouvrir le colloque
 
 « C’est pour moi un moment véritablement privilégié, et un grand honneur que d’ouvrir, avec vous tous, ce VIIIème colloque des intellectuels juifs du Bnai Brith Rhône Alpes dédiée à la culture et plus particulièrement aux poètes juifs ; permettez-moi de souhaiter la bienvenue à vous tous qui êtes venus aujourd'hui
 
Je tiens tout d’abord aÌ remercier ceux qui ont permis l’organisation et la tenue de ce VIIIème colloque et en particulier David Barré ; Claude Lévy ; Solange Lévy
En tant que Président du B’nai Brith France je suis particulièrement fier d’être parmi vous
 
On pose souvent la question de ce qu’est le B’nai B’rith et la réponse c’est bien sur notre histoire et nos combats.
 
Le B’nai B’rith, plus ancienne organisation juive, est une ONG qui réuni des Juifs de toutes origines pour servir les communautés dans lesquelles ils vivent, en se conformant à la devise du B'nai B'rith: Bienfaisance, Amour Fraternel, Harmonie. Notre  mission est notamment de combattre l’intolérance raciale et religieuse, soutenir l’Etat d’Israël, nous mobiliser pour la conservation et la promotion de notre mémoire
Nous sommes présents sur tous les continents, notre siège international est à Washington et nous disposons d’un bureau européen à Bruxelles
 
Le B’nai B’rith France, plus importante représentation du Bnai Brith en Europe est présent sur tout le territoire, ici en Rhône Alpes 5 loges sont actives pour porter les valeurs et combats de notre mouvement
 
 Le B’nai b’rith France et dirigé par un Bureau composé d’un Président National élu par les membres, de deux vice-présidents, d’un secrétaire général d’un trésorier et de 5 présidents de région. Pour la région Rhône Alpes Gérard Raphaël est le Président de région élu
 
 Ces dernières années ont été horribles pour notre communauté et pour la France : les actes antisémites se sont multipliés, après l’assassinat d’Ilan Alimi, il a été crié « mort aux juifs » dans les rue de Paris, à Toulouse des enfants juifs ont été sauvagement exécutés, à Montauban des soldats de la république ont été lâchement tués, il y a eu les assassinats barbares de Charlie Hebdo, de l’hyper Cacher, du Bataclan, de Nice, des policiers on été tués chez eux devant leur enfant, un prêtre a été égorgé sur l’hôtel de son église devant ses fidèles
 
 Nous n’oublierons jamais ces victimes du terrorisme islamique et avons une fraternelle pensée pour les blessés et les familles de victimes
 
Pour les juifs un ennemi sournois, caché, lâche veut s’en prendre aux intérêts économiques et culturels d’Israël, cet ennemi s’appelle le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), cet ennemi exploite des thèmes particulièrement populaires pour diffuser plus facilement la haine et la violence contre Israël ; le BDS c’est cet antisioniste qui cache la haine antisémite, et notre mouvement est au cœur de ce combat contre le BDS
 Après le vote révisionnisme sur Jérusalem de l’UNESCO qui apportent indirectement un soutien au terrorisme islamiste, l'Autorité palestinienne se prépare à déposer une nouvelle demande auprès de l'Unesco visant à récupérer les manuscrits de la mer Morte, qui se trouvent actuellement en Israel, c'est donc une nouvelle tentative provocatrice pour réécrire l'histoire et effacer le lien du peuple juif avec Israël
 
Cette nouvelle tentative est en réalité indirectement encouragée par l’abstention de la France qui s’est démarquée, malgré les promesses faites, des autres pays occidentaux qui ont repoussé cette résolution
Le Bnai Brith qui dispose d’une représentation à L’UNESCO mène notamment de nombreuses actions auprès des représentations diplomatiques pour que les positions des pays évoluent vers un vote juste qui reconnaît ce lien historique entre le peuple juif et Jérusalem. 
 
L'antisémitisme persiste, et s’aggrave dans certaines parties du monde. Notre devoir est de rappeler que l'antisémitisme constitue une menace non seulement pour les Juifs, mais aussi pour les principes de pluralisme, de la diversité, et les libertés fondamentales ; l'histoire a démontré que lorsque les droits des Juifs sont violés, le viol des droits des autres n’est pas loin derrière.
 
 Le Bnai Brith a fait de la lutte contre l’antisémitisme, pour le vivre ensemble et les droits de l’Homme un fil rouge de son engagement militant
 
 Aussi notre mouvement le Bnai Brith France est en permanence dans la réflexion et dans l’action
 
 Le Bnai Brith a un « adn » qui lui est propre, des origines, une histoire, un idéal ....et j'ai à cœur de faire vivre nos valeurs et rappelle devant vous cet engagement solennel de tout membre du Bnai Brith 
« Aimes ton prochain comme toi-même ; sois intransigeant sur le chapitre de l’Honneur ; exaltes la philanthropie et la Solidarité Humaine ; efforces toi de développer en toi et autour de toi la connaissance de l’homme et du Judaïsme, les Arts, les lettres et les Sciences en ne laissant jamais une question au fond de ton cœur ou une réponse au bord de tes lèvres »
 
 C’est bien la particularité et la force de notre message Amour Fraternel, Harmonie, Bienfaisance ; Et c'est bien la renommée du B’nai B’rith et sa portée internationale qui fait notre reconnaissance et nous permet cette place unique au sein des institutions, c’est la force du B’nai B’rith.
 
 En introduction à ce colloque c’est la citation de Miguel de Cervantès dans Don Quichotte qui m’est venue immédiatement : « La plume est la langue de l’âme », c’est cette plume qui produit les mots du poète, ces mots qui nous atteignent
 
Le Pape Jean Paul II en s'adressant à la communauté juive de Varsovie a dit « vous êtes une grande voix de mise en garde pour toute l'humanité, toutes les nations, toutes les puissances, tous les systèmes et pour chaque homme »
 
Parmi ces grande voix il y en a une dont la musique des mots est un aiguillon témoin de la transmission de l'identité par une parole universelle
 
Une voix que donne des lettres de noblesse aux textes, à la tradition et au vécu juif.
Une voix qui crée un pont entre le monde juif et le monde non juif
Une voix qui puise dans les questions biblique pour exprimer les peurs, les joies, l'amour
Une voix qui  raconte dans une musique des mots le destin du peuple juif
Une voix qui veut transmettre l'héritage juif à travers le temps, au fil de l'histoire
 
Cette voix c'est celle de la poésie juive
Celle qui, rythmée par le tambourin de Myriam, « le Cantique des Hébreux », accompagne le peuple franchissant la mer rouge
Celle qui a inspiré ce moment d'émotion du « chœur des hébreux » dans l'opéra Nabucco de Verdi
Celle qui clame « si je t'oublie Jérusalem que ma main droite se dessèche, que ma langue colle au palais » comme un message venu de la nuit des temps pour rappeler au monde le lien historique entre le peuple juif et la ville de Jérusalem
 
Celle de Claude Vigee si douloureuse et si terriblement actuelle « sur les monts de Judée, ensemencés de peur, la haine entre les hommes, est en fleur tout l'automne »
 
Enfin je ne pouvais terminer cette introduction au colloque sur les « poètes juifs » sans rendre un hommage à Léonard Cohen décédé le 10 novembre dernier à l'âge de 82 ans, celui qui s'est toute sa vie dit profondément juif
Je lui rends cet hommage en lisant sa lettre écrite à son épouse juste avant de mourir « Marianne, le temps où nous sommes si vieux et où nos corps s’effondrent est venu, et je pense que je vais te suivre très bientôt. Sache que je suis si près derrière toi que si tu tends la main, je pense que tu pourras atteindre la mienne. Tu sais que je t’ai toujours aimée pour ta beauté et ta sagesse, je n’ai pas besoin d’en dire plus à ce sujet car tu sais déjà tout cela. Maintenant, je veux seulement te souhaiter un très bon voyage. Adieu, ma vieille amie. Mon amour éternel, nous nous reverrons » 
 
« Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. » René Char
 
 Merci pour votre écoute et je vous souhaite un bon et fructueux colloque »








Lu 85 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Décembre 2016 - 12:39 Jumelage des Loges Bialik et Emile Zola

Paris-IDF-Lille | Grand-Est | Provence Midi-Pyrénées - Var | Côte d'Azur | Rhône-Alpes