B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

UN EMOUVANT CHABBATH A ODESSA


Mardi 18 Octobre 2011

"Voyage de la loge Bialik à Prague et Odessa"
Michèle Rotman
Présidente de la Loge Bialik



UN EMOUVANT CHABBATH A ODESSA
Pour quelques-uns d'entre nous, le voyage a commence le 17 mai a Prague.
Dés l'arrivée dans le cœur historique, l'éblouissement. Sous une lumière particulière, la ville, d'entrée, semble envoutante.
Sous la conduite de notre mentor à Prague, Helene Lellouche, d'Or Ve Chalom, nous nous précipitons pour découvrir les mystères de l'ancien ghetto et du quartier juif Josefov. Émouvant parcours
sur les traces de Kafka ou du légendaire Golem, géant protecteur de la communauté. De pierres en synagogues, de légendes en histoires, se dessine une culture millénaire, la notre, la culture juive de nos ancêtres du cœur de l'Europe. Sur 37 synagogues, il n'en reste que six : De l'austère Vieille Nouvelle (Alt-Neu Shul en yiddish), la plus stricte qui fut celle du Rabbin Low, créateur du Golem jusqu' à la Spanish, l'espagnole, de style mauresque, impressionnante sur le plan architectural et par sa beauté.
Et surtout le vieux Cimetière, le plus ancien d'Europe. C'est le plus remarquable cimetière au monde. Il est la mémoire de huit siècles de judaïsme en Europe. Les tombes sont si anciennes que l'on peut a peine lire ce qui est gravé sur la pierre. Un lieu de recueillement absolu.
Nous mangeons un strudel au "Café Kafka", traversons le Pont Charles saisis d'une étrange émotion, avec dans nos pensées des souvenirs, des ombres, des images dispersées d'une culture essentiellement ashkénaze mais aussi séfarade des le 16eme siècle. La communauté juive de Prague, l'une des plus importantes d'Europe, a été quasiment éliminée avec la Shoah.
Moins de 200 juifs vivent maintenant à Prague.

Puis nous nous envolons le jeudi 19 mai vers la perle de l'Ukraine du Sud, Odessa, sur la Mer noire.
 
C'est le but essentiel de notre voyage. Odessa était la patrie de Bialik, bien sur, mais aussi celle de Léo Pinsker, d'Ahad ha Am, de Mendele Mokher seforim, de Babel et de Dizengoff, futur maire de Tel-Aviv, autrement dit, le point de convergence de tous les écrivains de l'âge d'or de la littérature hébraïque moderne et des fondateurs de l'Etat d'Israël.
 
Une exquise odeur de fleurs d'acacia flottait dans la ville ...par une chaleur qui rappela à beaucoup d'entre nous l'Algérie. Odessa est une ville de style méditerranéen, aux larges avenues bordées d'acacias et de platanes, avec des lilas et des iris partout.
Les escaliers Potemkine nous semblèrent moins impressionnants que dans le film d'Eisenstein mais la corniche qui domine le port avec la promenade maritime ou beaucoup de jeunes ukrainiennes blondes, aux jambes démesurées ajoutent à la gaieté du lieu, donne un charme fou au cœur de la ville. La Visite de la Cathédrale de la Transfiguration, cathédrale orthodoxe aux senteurs d'encens, près du Conservatoire Nedjanova qui forma David Oïstrakh et beaucoup d'autres. L'achat de poupées russes au petit marche qui la jouxte s'impose. Mais notre cœur se mît à battre vraiment quand à Shabbat nous sommes allés à la synagogue khabad où un office chaleureux nous réunit à une communauté ravie de notre visite chez eux.
 
Nous avons dinés tous ensemble dans la synagogue à qui nous avons décidé de faire tous un don de la part des frères et sœurs du Bnai Brith.
 Et le samedi matin, à pied, une promenade nous plongea de manière irrésistible dans l'évocation de Bialik, de Babel, de Jabotinsky et du "grand-père ", Mendele Mokher Seforim comme ils l'appelaient tous affectueusement.....Avant d'entrer dans la rue où se réunissaient "les Amants de Sion","Hibbat Sion", notre guide juive nous émut jusqu'aux larmes en racontant que Klausner disait que cette rue était " la Première rue de l'Etat d'Israël", bien avant la création de l'Etat.
Nous avons pris conscience alors que nous étions aux sources mêmes du sionisme et que cette poignée d'hommes exceptionnels avaient fondé à cet endroit-la, dans cet immeuble, l'Etat d'Israël dés le début du XXème siècle.
 
Nous avons aussi organisé un Oneg Shabbat où Pierre Attali nous fit revivre la vie de Bialik et où Evelyne Dahan organisa une lecture des poèmes de Bialik, le poète de la Renaissance hébraïque qu'Ariane Bendavid, notre membre d'honneur fit connaitre en France en traduisant les œuvres. C'est Bialik qui inventa "l'Oneg Shabbat "pour réunir religieux et laïcs a Tel-Aviv.
 
Nicole Stern organisa de main de maitre une superbe soirée à l'Opéra d'Odessa .
Le voyage de la loge Bialik rassembla plusieurs loges, des frères et sœurs des loges Deborah Sam Hoffenberg, Tsedek, Or Ve Chalom et Bialik bien sur...Un beau voyage au cœur de la culture ashkénaze, du patrimoine juif spirituel et de la deuxième alyah.
 
Michèle Rotman
Présidente de la Loge Bialik









Lu 1252 fois


Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté