B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tribune libre par Philippe Meyer


Vendredi 22 Juillet 2016



Tribune libre par Philippe Meyer
Et si d’un mal pouvait sortir un bien ?
 
Les terribles épreuves que subit la France depuis des mois, et les blessures profondes qui lui sont infligées par un terrorisme islamiste aussi barbare que criminel, obligent notre société à une adaptation en profondeur et sans précédent pour y faire face.
 
La haine djihadiste sème la mort partout sur son passage, tuant sans distinction hommes, femmes et enfants, dans les écoles, les commerces, les salles de rédaction, les lieux de spectacles, les terrasses, les stades, les domiciles, les promenades au bord de la mer.
 
Une guerre a été déclarée à la France par un ennemi qui n’obéit à aucune règle, qui se masque, qui n’a ni morale ni valeurs, qui a souvent grandi dans nos écoles et dans nos quartiers, qui n’a pour seul objectif que de tuer des civils  innocents. Tuer pour tuer, par allégeance à une guerre dite sainte et qui est la plus sale qui soit.
 
Cette guerre d’un nouveau temps nécessite, pour la gagner, une préparation, des moyens, une mobilisation et un état d’esprit, bref une réponse d’un nouveau type. Les repères ont changé. Les références ont changé. L’ennemi a changé. Ne pas le comprendre nous expose à la défaite. Or cette défaite est impossible, interdite.
 
Elle marquerait pour la France comme pour toutes nos sociétés démocratiques la fin de notre histoire, de notre culture, de notre avenir.
 
La France est entrée dans cette nouvelle guerre, et ce probablement pour longtemps, mais elle n’est ni la première ni la seule à devoir y faire face.
 
D’autres avant nous, et en même temps que nous, sont attaqués par les mêmes barbares portant la même haine. Et voilà que petit à petit, certains commencent à regarder de plus près, à analyser, et à essayer de comprendre la lutte quotidienne que mène un petit pays face à ce terrorisme, Israël.
 
Israël, ce pays, soumis jusque-là à une critique systématique de tant de bien-pensants, à qui on demandait une réaction de défense « mesurée », qui était accusé de tous les maux, pourrait-il maintenant être un modèle dans cette lutte contre la terreur et l’obscurantisme ? Un modèle pour apprendre et pour agir.
 
Ce modèle, c’est un pays qui, menacé de destruction depuis le jour de sa création, lutte avec un courage exemplaire au quotidien contre ces mêmes ennemis de la liberté et de la démocratie qui nous ciblent désormais, sans rien céder, sans relâchement, sans compromis.
 
Ce modèle, c’est une société unie, solidaire, dynamique, positive, en alerte permanente, préparée à combattre la terreur dans tous les aspects de sa vie quotidienne, et qui sait mobiliser son énergie et sa créativité pour sa survie et à travers elle celle de l’humanité toute entière.
 
Ce modèle, c’est un peuple qui malgré cet effort permanent, difficile et douloureux, et qui a toujours payé un prix sans pareil pour son droit à l’existence, accumule jour après jour les réussites économiques, culturelles ou scientifiques parmi les plus spectaculaires au monde. Un pays qui  porte un message universel fait des valeurs humaines inscrites au cœur du judaïsme laissant toujours la priorité à la liberté, à la vie et à l’avenir. Un pays qui met ces valeurs en application dans toutes ses réalisations et dans tous les moyens employés pour sa construction et sa défense.
 
C’est ce modèle-là que certains commencent aujourd’hui à découvrir.
 
C’est ce modèle-là dont certains pourraient demain s’inspirer pour mener cette guerre qui ne ressemble à aucune autre.
 
C’est ce modèle-là qui montre au monde depuis plus de soixante-huit ans que l’on peut – et que l’on doit - vivre malgré la menace de la terreur, même si on ne peut s’y habituer, et mieux, que l’on peut la vaincre pour peu qu’on y soit réellement préparé, qu’on connaisse son ennemi, qu’on le nomme sans complexe, qu’on prenne les mesures nécessaires pour l’éradiquer, et surtout qu’on partage une ambition et une espérance collective au service de principes et de valeurs reçus en héritage de ses parents et dont on tient plus que tout à transmettre à ses enfants sans laisser personne s’y opposer et les mettre en danger.
 
Alors oui, d’un mal pourrait, comme souvent, sortir un bien.
 
Ironie du sort, les terroristes islamistes, en s’en prenant de façon aussi  ignoble et criminelle à la France, pourraient finalement – et bien malgré eux – permettre de renforcer ses liens avec Israël en l’incitant à se rapprocher de ce modèle qui a fait ses preuves, pour les faire plier. Ce serait sans doute la plus grande défaite de ces barbares. Et notre plus grande victoire.

Philippe Meyer
Vice Président du B’nai B’rith France
 








Lu 418 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Avril 2017 - 12:41 La sortie d’Egypte n’est pas terminée

Mercredi 21 Décembre 2016 - 13:14 Edito du Président du BBF

Notre Histoire | Nous connaître | Nous rejoindre | Communiqués | Editoriaux | INTRANET