B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Soirée du B’nai B’rith France Appel National pour la TSEDAKA


Lundi 21 Novembre 2016

Le B’nai B’rith France a lancé le 14 Novembre la Campagne nationale pour la Tsedaka avec une grande soirée sur la solidarité au Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux



Philippe Meyer – Gérard Garçon Président de l’Appel National pour la Tsedaka - Alain Levy maire-adjoint de la ville d’Issy-les-Moulineaux -Chantal Melamed- Serge Dahan Président du B’nai B’rith France - Stéphane Teicher- Jacques Halimi
Philippe Meyer – Gérard Garçon Président de l’Appel National pour la Tsedaka - Alain Levy maire-adjoint de la ville d’Issy-les-Moulineaux -Chantal Melamed- Serge Dahan Président du B’nai B’rith France - Stéphane Teicher- Jacques Halimi
Lundi 14 novembre, le B’nai B’rith France a organisé une grande soirée sur le thème de « La solidarité : une valeur universelle » pour lancer la Campagne nationale de la Tsedaka. Plus de 300 personnes étaient réunies au Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux, en présence notamment du maire-adjoint de la ville Alain Lévy, du Président de l’Appel National pour la Tsedaka Gérard Garcon, du Président du B’nai B’rith France Serge Dahan et de membres du Bureau National du BBF, Philippe Meyer vice-président et André Ouazana trésorier. 
La soirée, animée par les présentateurs de la radio juive unifiée, et au profit de l’Appel National pour la Tsedaka, a débuté par une allocution de Serge Dahan (voir texte du discours ci-dessous) qui a accueilli tous les participants et a rappelé l’importance de la bienfaisance et de la solidarité comme valeurs centrales du B’nai B’rith ainsi que l’honneur pour le B’nai B’rith France de lancer la grande campagne nationale 2016 pour la Tsedaka.
Se sont alors succédés à la tribune Marek Halter, l’historien des religions Odon Vallet, la représentante de l’Union Bouddhiste de France Katia Robel et le physicien Ghaleb Bencheikh qui ont chacun rappelé avec talent ce que signifié la solidarité dans leur religion respective, et qui ont tous exprimé avec force le caractère universel de cette grande valeur humaine.
Ces interventions passionnantes étaient entrecoupées par des passages musicaux interprétés notamment par Francis Lalane, accompagné des enfants de la Chorale de l’école Lucien de Hirsch, les frères Nacash et la troupe Bollywood Klezmer qui ont mis une ambiance festive et chaleureuse pour le plus grand plaisir de tous. 
Au final, une très belle soirée de réflexion et de fête qui a porté haut les valeurs de solidarité, de fraternité et d’harmonie, ces valeurs au cœur du B’nai B’rith, pour entamer de la plus belle façon ce mois si important de la Tsedaka au cours duquel chacun est appelé à se montrer solidaire et tourné vers l’autre. 
Allocution de Serge Dahan Président du B’nai B’rith France

 
« C’est pour moi un moment véritablement privilégié, et un grand honneur que d’ouvrir, avec vous tous, cette soirée Bnai Brith dédiée à la solidarité
 
Si ce projet à vu le jour c’est par la volonté d’hommes et de femmes de l’Appel National pour la Tsedaka et du B’nai B’rith France qui ont depuis des mois préparer ce rendez vous qui est aussi le rendez vous d’ouverture de la campagne TESEDAKA 2016
Lors d’une rencontre initiée par la Loge Hillel avec le Président Gérard Garçon les liens si évidents entre les missions du Bnai Brith et le remarquable travail de l’Appel national pour la Tsedaka nous ont naturellement conduits à l’organisation de cette soirée Je tiens donc tout d’abord à remercier des deux structures organisatrices l’Appel National pour la Tsedaka et le Bnai Brith France qui ont permis l’organisation et la tenue de cette soirée et en particulier Celine Corsia et Babeth ZWEIBAUM qui en sont les architectes
En tant que Président du B’nai Brith France je suis particulièrement honoré que cette soirée se tienne dans ce Palais de Congrès d’Issy le Moulineaux et je tiens à remercier chaleureusement le Député Maire Monsieur André Santini qui a immédiatement répondu présent en mettant ce beau lieu à notre disposition. Merci à Monsieur le député Maire et à toute son équipe 
On pause souvent la question de ce qu’est le B’nai B’rith et la réponse c’est bien sur notre histoire et nos combats. Le B’nai B’rith est une ONG qui réuni des Juifs de toutes origines pour servir les communautés dans lesquelles ils vivent, en se conformant à la devise du B'nai B'rith: Bienfaisance, Amour Fraternel, Harmonie. Notre  mission est notamment de combattre l’intolérance raciale et religieuse, soutenir l’Etat d’Israël, nous mobiliser pour la conservation et la promotion de notre mémoire
Mais je voudrais aujourd’hui soirée de la Tsedaka vous parler de ce qu’est un membre Bnai Brith et en quoi la solidarité est inscrite dans nos gènes
En effet pour  ETRE ADMIS au B’NAI B’RITH, Il faut que être résolu à mettre en pratique Loi Morale Juive : « « Aimes ton prochain comme toi-même. » ; Il faut être intransigeant sur le chapitre de l’Honneur ; Il faut exalter la philanthropie et la Solidarité Humaine ; Il faut s’efforcer de développer en soi et autour de soi la connaissance de l’homme et du Judaïsme en ne laissant jamais une question au fond de ton cœur ou une réponse au bord de tes lèvres »
La question qui donc s’est posée à nous était : Quelle soirée devions nous organiser, nous B’nai B’rit France, face à ce un principe universel, celui de la solidarité ?
Ce un principe qui  transcende toutes les différences ethniques, culturelles et individuelles et qui pour la Loi Morale Juive  fait pour partie intégrante de la vie avec l'autre.
Cette valeur universelle construit sur un principe absolument essentiel « le libre arbitre» cette capacité́ d’agir de manière délibérée, de décider d’un acte de charité. Cette capacité à décider d’être là ce soir pour la TSEDAKA et je vous en remercie  
Aussi pour traduire la Charité en acte il nous avons voulu en comprendre le geste, la signification ; nous avons voulu expliquer ce ressenti, ce mouvement vers l’autre, expliquer cette forme individuelle de la justice. Pourquoi devenons-nous des porteurs de solidarité ?
 
Nous savons tous que le mot Tsedaka signifie en réalité « justice  » ou « droiture ». De fait la « charité » s'inscrit donc dans un contexte bien plus profond que l’entraide.Et c’est parce que cette valeur profonde et universelle s’exprime différemment chez les juifs, Tsédaka ; les chrétiens, Charité ; les Musulmans, zakat ; les Bouddhistes bienveillance, c’est parce que cette valeur universelle est une pont entre les hommes que nous avons fait le choix de cette soirée qui va faire cohabiter des intellectuels et des musiciens pour fêter, comme il se doit, la Tsedaka dans la joie
Nous bénéficions de la participation de quatre orateurs d’exception et c’est un honneur pour moi de les saluer et de les remercier: Madame Katia Robel, Monsieur Odon Vallé, Monsieur Marek Halter et Monsieur Galeb Ben Cheik. Nous allons aussi entendre des musiques du monde interprétées avec passion et talent. Et pour commencer cette soirée nous avons l’honneur d’accueillir Francis Lalanne qui nous fait la surprise et l’honneur d’être avec nous entouré de la Chorale de l’école Lucien de Hirsch»








Lu 558 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Mars 2017 - 18:36 Communiqué du B’nai B’rith France

Jeudi 16 Février 2017 - 18:58 Invitation colloque sur les génocides

A propos du BBF | Les loges du Bnai Brith france | Le Bnai Brith dans le Monde | Le BB France en action | Les Dossiers du BBF | Revue de Presse