B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réaction du B’nai B’rith France à l’article paru dans Le Monde.fr le 12.12.2013 à 13h50 «Nelson Mandela est mort mais l'apartheid est toujours vivant » Par Michel Bôle-Richard


Mercredi 18 Décembre 2013



Réaction du B’nai B’rith France à l’article paru dans Le Monde.fr le 12.12.2013 à 13h50 «Nelson Mandela est mort mais l'apartheid est toujours vivant » Par Michel Bôle-Richard

Mme Natalie Nougayrède
Rédactrice de la Publication
Le Monde
75707 Paris Cedex 13


 



Paris le 17 Décembre 2013

Objet :
Réaction du B’nai B’rith France à l’article paru dans Le Monde.fr le 12.12.2013 à 13h50 «Nelson Mandela est mort mais l'apartheid est toujours vivant » Par Michel Bôle-Richard







Madame la Directrice de Publication,







Vous avez fait de choix d'ouvrir vos colonnes, le 12 décembre dernier, au brûlot de l'un de vos anciens collaborateurs, M. Bôle-Richard, intitulé : "Nelson Mandela est mort mais l'apartheid est toujours vivant".







Cette très regrettable décision justifie notre indignation de citoyens épris de vérité et d'équité.







Indignation pour la diffamation haineuse qui imprègne ce texte, pour sa contribution au malheur arabe, et pour ses effets d'incitation à la violence antisémite dans notre pays.







Si l'on croit M. Bôle-Richard, Israël n'est pas seulement la terre d'élection contemporaine de l'apartheid et la matrice de sa diffusion.







C'est aussi un pays où l'on organise la pauvreté des Arabes, où on les cloisonne et on les cantonne, où les  Juifs tuent couramment ces hommes et femmes, et même leurs enfants, par exemple en leur tirant dans le dos.







C'est le pays des "colons", avec toute la charge accusatrice de ce terme, qui "occupent" même le Neguev.



Pourquoi pas Tel Aviv, Haïfa et Beer-Shev'a?







M. Bôle-Richard estime si on le comprend bien qu'Israël tout entier est une colonie.







On ne peut bâtir des divagations aussi scandaleuses qu'aux dépens de la pensée et de la réalité. L'apartheid nous dit l'auteur, vit toujours "sous une forme non codifiée, non légalisée, mais bien réelle."







C'est là une perversion de sens: l'apartheid, c'est justement et uniquement la traduction de l'inégalité dans la loi.

 





Et malgré une allusion non documentée à des lois-cadres discriminantes évoquées par Adalah, M. Bôle-Richard est contraint d'inventer un apartheid sans lois raciales au prix d'un tour de passe-passe: l'apartheid est réduit à la domination d'un groupe racial sur un ou plusieurs autres groupes raciaux.







Si l'apartheid se résume à cela, il est d'une extraordinaire banalité, en particulier dans le monde arabo-musulman.







Pensons au calvaire des chrétiens du Pakistan ou d'Irak, à celui des Coptes d'Égypte ou des Juifs d'Iran, et pourquoi pas aux chrétiens de Bethléem ou de Naplouse qui fuient éperdument les terres de leur antique présence, pour se réfugier parfois en Israël.







Mais laissons-là cette liste cauchemardesque et parlons des Arabes israéliens.







N'ont-ils pas depuis des décennies des droits qu'ils ne pourraient imaginer dans aucun pays arabe?







Les femmes arabes ne votent-elles pas depuis la création de l'état juif? La représentation politique des Arabes français en France est-elle aussi favorable en fonction leur poids démographique qu'elle ne l'est en Israël?







Les Arabes israéliens ne bénéficient-ils massivement pas d'un système de soins et d'un accès à l'éducation de la maternelle à l'université qui serait un rêve pour leurs homologues du monde arabe?







Israël n'abrite-t-il à l'hôpital Hadassah la seule base de données au monde sur la moelle osseuse permettant de traiter des maladies congénitales qui frappent exclusivement des Arabes?







Quant aux Arabes palestiniens, M. Bôle-Richard ignore-t-il la grande enquête de l'Unicef de novembre 2009 et les statistiques des institutions internationales qui montrent qu'ils bénéficient des meilleurs indices sanitaires du monde arabe (en matière de malnutrition infantile, de fécondité, de moralité infantile, d'espérance de vie, etc.)?







Ignore-t-il que les Palestiniens de Jérusalem se déclarent très majoritairement désireux de demeurer sous la loi israélienne en cas de nouvelle partition de la ville sainte?







C'est que l'ancien journaliste est frappé de cette hémiplégie singulière qui consiste d'un coté à inventer des horreurs à la charge de l'état juif tout en dissimulant ses extraordinaires réussites, et de l'autre à rester aveugle devant la barbarie de ses adversaires.







Pourquoi ne dit-il rien de l'assassinat au poignard en mars 2011 de cinq membres de la famille Fogel, la tête de l'un des bébés frappés ayant été séparée du corps?







Rien non plus du soutien maintenu par le clan Awad d'Awarta aux auteurs de ces crimes, Hakim Mazen Awad, et Amjad Mahmad Awad.







Rien du culte officiel de Ramallah aux plus abominables des terroristes palestiniens comme Dalal Mughrabi (37 morts), Abdallah Barghouti (67 morts), ou Raed Al-Houtari (22 adolescents tués).

 





Rien des injonctions, lors du grand rassemblement public du 9 janvier 2012, de Muhammad Hussein, mufti de Jérusalem, qui déclamait une recommandation sacrée: "L'heure de la Résurrection n'arrivera pas tant que vous ne combattrez pas les Juifs. Les Juifs se cacheront derrière des pierres et des arbres Alors ces pierres et ces arbres diront: Oh Musulman, esclave d'Allah, il y a un Juif derrière moi, viens et tue-le."







Les passions aveugles de M. Bôle-Rochard ciblent maladivement l'état d'Israël.







Outre le tort causé à ce pays ami quand vous lui ouvrez vos pages, elles contribuent à enchaîner les peuples arabes à l'idéologie antisémite qui les détourne de leurs vrais problèmes et de leurs vrais adversaires, les confinant dans une consternante arriération.







Dans leurs premières lueurs libératrices, les printemps arabes avaient rompu avec cette mortelle obsession.







Des personnages comme M; Bôle-Richard s'attachent à refermer sur ces peuples la chape de plomb du bouc émissaire étranger.







Écoutons le journaliste saoudien, M. Fahd Amer Hamadi (janvier 2011) :

"Israël est supérieur à tous les pays arabes et musulmans en matière de démocratie et d'intégrité politique (ce qui est prouvé par les rapports annuels de nombreuses organisations internationales)."







Écoutons la journaliste turque, Mme Sinem Tezyapar, (septembre 2013)





" Cette frénésie qui fait porter toutes les fautes sur les sionistes, et sur Israël en général, est une attitude réflexe, sans base rationnelle... Ce style féroce et venimeux, c'est ce qui déchire le monde islamique... Nous autres musulmans, cessons de pointer les autres du doigt quand il s'agit de nos problèmes. "

 





Écoutons enfin, longuement, un autre journaliste saoudien, ancien militaire, M. Abdulateef Al-Mulhim (octobre 2012) :

" En définitive, si de nombreux états arabes sont dans une telle confusion, est-ce vraiment à cause de  l'ennemi juré des Arabes (Israël) ? Aujourd'hui Israël a les institutions de recherche les plus avancées, des universités d'élite et des infrastructures performantes. Beaucoup d'Arabes ne savent pas que l'espérance de vie des Palestiniens qui vivent en Israël est beaucoup plus grande que celle de nombreux états arabes, et qu'ils jouissent de plus de libertés politiques et sociales que la plupart de leurs frères arabes. Même les Palestiniens qui vivent sous occupation israélienne sur la rive occidentale du Jourdain et dans la





bande de Gaza bénéficient de plus de droits politiques et sociaux que ceux qui existent dans de nombreux endroits du monde arabe. L'un des juges qui ont envoyé un ancien président israélien en prison n'était-il pas un israélo-palestinien ? Le printemps arabe à montré au monde que les Palestiniens sont plus heureux et dans une situation meilleure que leurs frères arabes qui combattent pour les libérer de la férule israélienne. À présent, il est temps d'en finir avec la haine et les guerres. Il est temps de préparer une vie meilleure pour les nouvelles générations arabes."



Que disent ces Arabes et ces musulmans?

 





Que la diabolisation d'Israël et des Juifs est le premier obstacle à leur lucidité et à leur élan vers la modernité.







Que fait M. Bôle-Richard?







Il les confine dans ces haines antisémites archaïques qui servent si bien les régimes arriérés, fanatiques ou voyous qui les étranglent.

 





Un libelle comme celui que vous publiez, qui diffuse le mythe de Palestiniens et d'Arabes appauvris, humiliés, torturés et tués par une férule israélienne coloniale, est porteur de division et de violence en France même.







Ce document hallucinant est une providence pour qui veut radicaliser une frange de la minorité arabo-musulmane de France, en mal d'intégration et de reconnaissance dans sa société d'accueil.







Et cela donne des Merah qui tuent des enfants juifs pour venger la mort des enfants palestiniens.







Et là, il n'y a rien d'un mythe.







J’espère Madame que le droit de réponse du B’nai B’rith France recevra le même traitement que l’article de Monsieur Bôle-Richard







Respectueusement







Serge Dahan

Président du B’nai B’rith France









Lu 3336 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 8 Août 2017 - 23:57 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Mardi 18 Juillet 2017 - 11:55 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Notre Histoire | Nous connaître | Nous rejoindre | Communiqués | Editoriaux | INTRANET