B'NAI B'RITH FRANCE
Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)
Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rapport sur l’Antisémitisme en France en 2013


Mardi 4 Mars 2014



Rapport sur l’Antisémitisme en France en 2013
Rapport sur l’Antisémitisme en France en 2013

Le recensement des actes antisémites commis sur le territoire français réalisé par le SPCJ se fait en étroite coopération avec le Ministère de l’Intérieur
Télécharger le Rapport 2013 en français »
Lire le Rapport 2013 en ligne »


« La diminution attendue du nombre d’actes antisémites après l’année 2012 – année hors norme en matière d’antisémitisme – n’a pas eu lieu dans les proportions légitimement escomptées.
Le niveau élevé de menaces antisémites créé un climat hostile où la parole haineuse anti-juive se libère et favorise à court ou moyen terme les passages à l’acte.

On peut aisément se figurer combien ce climat va au-delà du présent recensement chiffré. En effet, le nombre de sites internet, blogs, forum, mails de nature antisémite se développe de façon exponentielle sur la toile et ne sont pas, à ce jour, comptabilisés.
Depuis l’an 2000, soit depuis 14 années consécutives, le nombre d’actes antisémites en France est très élevé.
Depuis l’année 2000, le nombre d’actes antisémites recensés est en moyenne 7 fois plus élevé que le nombre d’actes antisémites des années 90. Sur la période, 6 personnes ont été assassinées parce que juives dont trois enfants en bas âge.

L’antisémitisme en France ne peut plus être considéré comme un phénomène conjoncturel lié aux évènements et conflits du Proche-Orient ; il s’agit d’un mal structurel qui n’étant pas combattu comme tel n’a pu être enrayé à ce jour.


Racisme et antisémitisme : « 40% pour moins de 1% »

40% des violences racistes commises en France en 2013 sont dirigées contre des Juifs. Or, les Juifs en France représentent un peu moins de 1% de la population. Cela signifie que moins de 1% des citoyens du pays a concentré 40% des violences physiques racistes commis en France.


Cette année encore les villes de Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Sarcelles, Strasbourg et Nice sont les villes les plus touchées par le nombre d’actes antisémites recensés en France.

La rétrospective des faits et tendances antisémites de ces 14 dernières années démontrent que la violence antisémite s’est installée, ancrée dans la société. Mais élément aggravant, pour les Juifs de France c’est leur sentiment d’isolement dans le combat contre l’antisémitisme. Or les valeurs attaquées par ce fléau ne sont-elles pas celles de tout une Nation ?

La lutte contre l’antisémitisme se joue dans les terrains judiciaires et c’est tout naturel puisqu’il s’agit d’abord de délits. Mais cela ne peut suffire lorsqu’on lutte pour guérir la société d’un mal.

Il est indispensable de mettre en place un plan interministériel concret, doté de moyens importants, notamment pour la création et le soutien de programmes de prévention et d’éducation.

Nous appelons de nos voeux une mobilisation individuelle et collective, de chacun, chaque jour, face à chaque acte dont il est témoin, face à toute dérive qu’il constate autour de lui.

Si l’antisémitisme est le problème de tous, il appartient à chacun de le combattre »

L’intégralité des éléments statistiques et des analyses de ce rapport sont disponibles en français, anglais et hébreu sur le site internet
www.antisemitisme.org









Lu 270 fois

Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté