B'NAI B'RITH FRANCE
Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)
Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Palestiniens, le processus de paix et l'ONU- Cela ne peut aller de pair Par Daniel S. Mariaschin Vice-président Exécutif du B'nai B'rith International


Dimanche 7 Juillet 2013



Daniel S. Mariaschin
Daniel S. Mariaschin
Fox News le 07/03/2013
The Palestinians, the peace process and the U.N. – it just doesn’t add up
Les Palestiniens, le processus de paix et l'ONU- Cela ne peut aller de pair
Par Daniel S. Mariaschin
Vice-président Exécutif du B'nai B'rith International
Director B’nai B’rith’s Center of Human Right and Public Policy CHRPP
 

 
Traduction par notre frère Olivier BILTZ
 
« Malgré les efforts déployés pour relancer le processus de paix, les Palestiniens une fois de plus tentent de se frayer un chemin à travers les mécanismes des Nations Unies pour diaboliser, et délégitimer saper Israël.
Depuis le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, à l'Organisation mondiale de la santé, à l'UNESCO (l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et Organisation culturelle) les Palestiniens semblent revenir à leur moyen éculé d'éviter de négocier.
 
Même si l'administration Obama, par le secrétaire d'État John Kerry, a renouvelé ses efforts au proche orient, les Palestiniens continuent de faire pression à l’ONU pour  un châtiment d'Israël.
 
Kerry a rencontré les deux parties afin d'ouvrir un chemin de retour des négociations directes, élément de succès vital pour la paix.
Le secrétaire d'Etat américain a conclu son cinquième voyage en quatre mois dans la région. Mais, alors qu'Israël coopère, pour les Palestiniens, c'est « business as usual » : ils continuent de piocher dans la boîte à outil de l'ONU par tous les moyens possibles pour éviter d’aller à la table de négociation, malgré les efforts pour les dissuader d’internationaliser le conflit.
 
Chaque fois que les Palestiniens utilisent les Nations Unies pour éviter une négociation directe, en augmentant progressivement les pressions sur Israël, c'est un rejet du processus de paix.
Chaque fois qu'ils se tournent vers les Nations Unies, ils renoncent à des discussions de paix réelles.
 
Le 19 juin, dans une déclaration qui semblait dirigée contre les efforts de Kerry, un conseiller du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que le Fatah "a affirmé son rejet des pressions sur Abbas et sur sa direction. "
Ceux qui ne sont pas les mots d'interlocuteurs prêts à la négociation.
 
L'Organisation des Nations Unies est un mégaphone pour les Palestiniens pour diffuser leur vision déformée d'Israël.
Pourquoi négocier quand vous le pouvez utiliser divers organismes des Nations Unies pour faire pression ?
 
En exploitant le système des Nations Unies au lieu de s'asseoir pour négocier avec Israël sans conditions préalables, les Palestiniens ont toujours cherché à trouver aide et réconfort auprès d’amis dans la communauté internationale.
Porter systématiquement plaintes et accusations contre Israël, et partout au sein de l’ONU, permet aux Palestiniens de signaler qu'ils peuvent arriver à leurs fins sans négocier.
Et au fur et à mesure que les Palestiniens prennent goût à exploiter l'Organisation des Nations Unies pour leur propre intérêt, ils s’éloignent de la paix.
 
Le 29 novembre 2012, l'Assemblée générale des Nations Unies a voté pour accorder le statut d' « Etat » observateur non-membre aux Palestiniens.
Cette nouvelle désignation offre aux Palestiniens un accès élargi à la structure complexe de l'ONU pour lancer plainte après plainte contre Israël.
Ce nouveau statut a déclenché l'enthousiasme palestinien d'œuvrer au sein de l'ONU pour arriver à leurs fins, et cela semble fonctionner.
 
L'acte même de rechercher ce statut était un rejet clair de tous les efforts visant à convaincre les Palestiniens que de réels progrès ne peuvent être que le résultat de négociations entre les parties.
Israël est depuis longtemps victime d’une violence systémique des Nations Unies.
 
Les Palestiniens tentent une fois de plus de rejeter les efforts de résolution du conflit par la poursuite d’actions punitives contre Israël.
- Lors de l'assemblée de l'Organisation mondiale de la Santé en mai, Israël a été spécifiquement pointé du doigt, avec l'opprobre sur  l'état de santé dans les Territoires «occupés». Au lieu de se concentrer sur les problèmes de santé mondiaux comme la lutte contre la grippe, l'Organisation mondiale de la Santé a capitulé face à un ordre du jour promu par les Palestiniens.
- Les Palestiniens ont également exploité les préjugés du Conseil des droits de l’homme, qui a déjà un ordre du jour permanent contre Israël : 40 pour cent de ses condamnations sont dirigées contre l’Etat hébreu. Les Palestiniens y menacent de porter plainte à la Cour pénale internationale contre Israël pour crimes de guerre.
- Les Palestiniens ont tenté à plusieurs reprises d'utiliser le Comité de l'UNESCO pour le patrimoine mondial pour dénier au peuple juif son lien historique à la terre d'Israël. Lors de sa session annuelle fin juin à Phnom Penh, les Palestiniens ont tenté de questionner la relation d’Israël à Jérusalem, sans reconnaître le libre accès actuel de toutes les religions à leurs lieux saints dans cette ville.
 
Les Palestiniens, comme d'habitude, utilisent le double langage. Pendant qu’ils discutent avec Kerry, qui cherche une solution à deux Etats, ils exploitent l'ONU pour éviter de parler à Israël de paix.
 
La nouvelle initiative de paix est censée être basée sur l’établissement d’un dialogue, mais les actions palestiniennes récentes à l'ONU n'inspirent pas du tout confiance ni qu'ils se soient réellement engagés dans le processus de paix









Lu 554 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 10 Décembre 2014 - 22:44 7ème voyage à la découverte d'Israël

Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté