B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Yddish à l’honneur pour la région Provence Midi -Pyrénées Var Aquitaine


Mercredi 14 Décembre 2016



Le Yddish à l’honneur pour la région Provence Midi -Pyrénées Var Aquitaine
Dans le cadre des Journées Européennes de la Culture et du Patrimoine Juifs, la commission régionale patrimoine du BB région Provence Midi -Pyrénées Var Aquitaine  avait choisi en 2015 de traiter du Yddish comme" Pont" lancé entre le judaïsme  et les pays hôtes, avec une conférence de Michel Lieberman.
Le thème des langues juives ayant été retenu pour la JECPJ 2016, la commission a décidé d'approfondir la présentation du Yiddish grâce au film de David  Unger "NY tendance Yiddish" présenté et commenté par notre ami Xavier Nataf. Et c'est en Yddish que l'étude  de Zosa SZAJKOWSKI  sur  "La langue des Juifs du Pape" a été éditée en 1948 à New York, ouvrage traduit par Michel Alessio en 2010.
Encore un pont  aisé à franchir  puisque nous sommes en Provence, de là, le 2ème thème proposé pour ces journées de la JECJP 2016 : la présentation d'une judéo- langue moins connue, le" Shuadit", la langue des Juifs du Pape.  Michel Alessio, un des rares spécialistes   du Provençal et du Shuadit , qui a longtemps travaillé à la délégation générale à la langue française et aux langues de France à Paris,  a accepté de venir à Marseille nous présenter ses réflexions sur ce" parler" provençal  qu 'il a intitulées  "Shuadit, mythe ou réalité ?"
Michel Alessio commence par évoquer le cadre historique et géographique de cette question "car les faits de langue sont en permanence imbriqués et impliqués dans toutes les autres manifestations de l'expérience humaine." Il rappelle l'ancienneté de la communauté juive en Provence  et l'importance numérique de cette population formée en grande partie de prosélytes. En 1481, quand la Provence rejoignit le royaume de France, 10 000 Juifs durent se convertir ou s'en aller. Beaucoup se réfugièrent dans les Etats français du Pape, le Comtat Venaissin. A partir de cette date il n'y a plus de communautés juives en Provence en dehors des quatre communautés  sous l'autorité des Papes, Avignon, Carpentras, l'Isle-sur-la- Sorgue et Cavaillon.
Quelles étaient les pratiques linguistiques de ces Juifs ? Ils parlaient la langue d'oc, le provençal, mais ils connaissaient l'hébreu, la langue savante, "langue du culte et de la culture, nécessaire pour lire la Bible et pour correspondre avec les Juifs d'autres pays." Ils utilisaient parfois les caractères hébreux pour écrire le provençal. C'est le cas du "Roman d'Esther" de Crescas du Caylar dont le manuscrit est écrit en provençal avec des caractères hébreux.
Zosa SZAJKOWSKI, historien juif polonais, dans son ouvrage "La langue des Juifs du Pape" parle ,lui, d'une langue particulière "le Chuadit", issue de la fusion de trois langues: le provençal, l'hébreu et le français. Pour Michel Alessio il s'agit simplement de langue d'oc mêlée d'hébraïsmes avec une prononciation  particulière puisque le son -ch- n'existe pas en provençal, remplacé par le son -s-. Pour lui une langue juive est une "branche séparée du tronc...privée de la continuité territoriale qui aurait maintenu l'unité de la langue." Ce fut  le cas pour le judéo-espagnol  ou pour le yddish, parlé dans des pays de langues slaves. Ce n'est pas le cas du Chuadit.
Elise Leibowitch
Responsable  Régionale de la commission Patrimoine








Lu 52 fois



Dans la même rubrique :
< >

Paris-IDF-Lille | Grand-Est | Provence Midi-Pyrénées - Var | Côte d'Azur | Rhône-Alpes