B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Président du BBF à la commémoration des 70 ans de la libération du camp de Terezinstadt


Jeudi 29 Janvier 2015

Serge Dahan, Président du B’nai B’rith France a participé les 26 et 27 janvier aux cérémonies de commémoration des 70 ans de la libération du Camp de concentration de Terezinstadt et de la Journée internationale du souvenir des victimes de l’Holocauste.



Le Président du BBF à la commémoration des 70 ans de la libération du camp de Terezinstadt

Camp de concentration de Terezinstadt
 
Le camp de concentration de Terezin a aussi été un camp de transit sur le chemin menant aux camps d’extermination d’Auschwitz, Majdanek et Treblinka.
Plus de quinze mille enfants passèrent par Terezin, près de 90% d’entre eux périrent dans les camps de la mort.
En 1942, le taux de mortalité à Terezin était si élevé que les Allemands installèrent un four crématoire capable de brûler près de 200 corps par jour.
 
Moshe Kantor, Président de l’European Jewish Congress a réclamé des réformes « institutionnelles comprenant des changements radicaux de législation» affirmant que « le djihadisme est très similaire au nazisme et on peut même affirmer qu’il s’agit de deux visages d’un même mal »
De nombreux dirigeants européens comme le Président de la République Tchèque, Miloš Zeman, le Président du Parlement Européen, Martin Schulz, le Premier Ministre Tchèque Bohuslav Sobotka, le Président de la Kesset, Yuli-Yoel Edelstein, l’Ambassadeur de France en République Tchèque,Jean-Pierre Aszvazadourian, ont participé aux Débats &Tables Rondes animés par Stephen Sackur, journaliste à la BBC
Bernard-Henri Levy, intervenant lors des débats sur «le rôle des médias et la liberté d’expression », a tenu a préciser que, pour bien combattre l’antisémitisme, il fallait bien le nommer « si le raciste hait dans l’Autre son altérité visible, l’antisémite en a, lui, après son invisible différence »
 
Avant la minute de silence en hommage aux victimes de l’Holocauste, le Chef de l’Etat tchèque, Miloš Zeman, dans un discours très remarqué s’est dit favorable à « une action armée unifiée à l’encontre des terroristes » affirmant avec force que « l’Etat islamique possède des caractéristiques semblables à celles du régime de l’Allemagne nazie du début des années 1930. Selon moi, ce qui nous menace c’est un ‘super-holocauste’, dont les victimes pourraient être des centaines de millions de personnes. »

Lors des commémorations sur le site du Ghetto de Terezin, le Grand Rabbin d’Israël, Yisrael Meir Lau, ancien déporté du camp de Buchenwald et seul survivant de sa famille avec son frère Naphtali, a rappelé les mots de sa mère lui lâchant sa main pour être emportée par les nazis vers la mort; elle lui a dit «N’oublie pas mon fils que tu es juif »
Clôturant la commémoration, des enfants de la ville de Terezin ont allumé des bougies formant sur la pelouse devant le camp une « Etoile de David » au milieu des tombes de ceux qui sont morts du typhus après la libération du camp.
Ce symbole a été  illustré par les mots du Grand Rabbin Yisrael Meir Lau « On n’a pas le pouvoir de changer le passé, mais nous avons le pouvoir de construire l’avenir. Ne soyons pas en retard ».
 

Serge Dahan & le Grand Rabbin Yisrael Meir Lau
 








Lu 177 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 9 Mai 2017 - 09:19 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Mercredi 3 Mai 2017 - 12:20 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Notre Histoire | Nous connaître | Nous rejoindre | Communiqués | Editoriaux | INTRANET