B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le BBF à la Cérémonie Officielle de Yom HaShoah


Vendredi 17 Avril 2015

Serge Dahan Président du B’nai B’rith France a pris part à la lecture publique des noms des hommes, femmes, enfants juifs déportés de France du convoi N°44 lors de la Cérémonie Officielle de Yom HaShoah Mercredi 15 Avril 2015 à Paris



Le BBF à la Cérémonie Officielle de Yom HaShoah
La commémoration de Yom HaShoah a été mise en place par l’État d'Israël en mémoire des victimes de la Shoah et des héros de la Résistance juive pendant la Seconde Guerre mondiale
Le jour de Yom HaShoah est la date retenue pour une lecture publique ininterrompue des 76 000 noms inscrits sur le Mur des Noms au Mémorial de la Shoah à Paris.
Serge Dahan Président du B'nai B'rith France a été invité à participer à cette lecture des noms victimes de la Shoah du convoi 44 pour ne jamais oublier le nom de chaque homme, femme, enfant déporté qui font partie de notre mémoire
 
« Sans le camelot et ses pareils en méchanceté, ses innombrables pareils d’Allemagne et d’ailleurs, il n’y aurait pas eu les chambres à gaz, les chambres allemandes de mort qu’une aimable inscription dénommait salles de douches, les chambres allemandes dont les corps morts ou en agonie étaient ensuite poussés dans les fours allemands par des congénères encore vivants, à leur tour bientôt gazés, et parfois même, pour le plaisir, allégrement lancés dans les fours allemands par les blonds athlètes bottés, chers aux haïsseurs de juifs.
Sans le camelot et ses pareils en méchanceté, ses innombrables pareils d’Allemagne et d’ailleurs, il n’y aurait pas eu, chemins des libérations, les longues cheminées des fours crématoires, cheminées allemandes d’où sans trêve sortaient, avec les jaunes et rouges chevelures des flammes allemandes, les fumées de mon peuple sacrifié, noirs panaches vers le ciel s’élevant, avec leur puanteur que Dieu n’a pas sentie, funèbre encens d’un grand peuple, le plus fidèle, le plus souffrant, le plus tué et le plus haï, et c’est une gloire et une élection d’être ainsi haï par les méchants et par les vils……. O vous, frères humains d’Albert Cohen» Texte proposé par notre sœur Gilberte Jacaret
 








Lu 202 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 8 Août 2017 - 23:57 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Mardi 18 Juillet 2017 - 11:55 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Notre Histoire | Nous connaître | Nous rejoindre | Communiqués | Editoriaux | INTRANET