B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le B'nai B'rith France présent au côté du B’nai B’rith International à la 22e session du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève


Jeudi 21 Mars 2013



Le B'nai B'rith France présent au côté du B’nai B’rith International à la 22e session du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève
La délégation du B'nai B'rith, lors de ses nombreuses rencontres avec de hauts responsables du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU et des Ambassadeurs des différents pays du monde, représentés à Genève, a abordé les questions essentielles du ressort du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies (UNHRC), et en particulier , l'accent obsessionnel et continu que mettent de nombreux membres du Conseil Droits de l'Homme des Nations unies sur Israël. Nous avons notamment mis l’accent sur la situation épouvantable des Droits de l'Homme en Iran, ses menaces répétées contre Israël et les combats dévastateurs en Syrie.
 
Le Président du B’nai B’rith International Allan J. Jacobs, et le Vice-président Exécutif Daniel S. Mariaschin entourés de seize membres du B'nai B'rith venus d’Europe et d’Amérique, ont rencontré les représentants d'environ 40 pays.
 
L’United Nations Human Rights Concil, UNHRC, a récemment publié un rapport anti-Israël, rapport d’une mission d'enquête internationale sur les conséquences des implantations israéliennes sur le "territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est". Les rapporteurs de ce rapport ont même suggéré que les milieux d’affaires dénoncent leurs liens avec les intérêts industriels dans les implantations.
 
L’Ambassadrice des Etats-Unis Eileen Chamberlain Donahoe a estimé que le Conseil se concentre de manière excessive sur Israël
 
Le Président du B’nai B’rith International Allan J. Jacobs a déclaré « C'est cette sorte de préjugé tendancieux que nous sommes venus combattre ici à Genève…..Il est complètement inacceptable que session après session, ce Conseil jette un regard injuste sur Israël, tout en ignorant les violations des droits de l'homme innombrables, de beaucoup d'États membres »
 
La délégation du B'nai B'rith a aussi souligné les effets négatifs de décisions et des résolutions prises aux Nations Unies sur le processus de paix. « Tant que des instances de l'ONU continueront de voter des résolutions tendancieuses contre Israël , les Palestiniens préféreront internationaliser leur conflit avec Israël au lieu de reprendre les négociations directes avec Isarël sans conditions préalables » a déclaré Dan S. Mariaschin le Vice-président Exécutif International du B'nai B'rith.
 
La délégation du B’nai B’rith s’était fixée comme mission de faire comprendre aux membres du Conseil des Droits de l'homme, que les condamnations injustes et partisanes du Conseil ne font qu’encourager les responsables de l'Autorité palestinienne à contourner des pourparlers de paix directs
 
Le 13 mars, le B'nai B'rith a organisé une réception au siège de l'ONU à Genève, en présence de nombreux Ambassadeurs. Joshua Lincoln, représentant le Directeur général du Bureau de l'ONU à Genève Kassym-Jomart Tokayev, s’est adressé à la délégation et à ses invités, tout comme Peter Mulrean, le Représentant Permanent Adjoint des États-Unis à l'ONU à Genève.
 
La délégation était composée d’ Allan Jacobs, de Dan Mariaschin, d’Helene Briskman de Londres; de Matthew Caplan de Washington, D.C.; de JayFeldman de Washington, D.C.; de Michael Gellman de Washington, D.C.; de Ralph Hofmann de Francfort, Allemagne ; de Charles Kaufman d'Austin, Texas ; de David Matas de Winnipeg, Canada; de David Michaels de New York ; de Gary Saltzman de Denver, Colorado et d’une forte représentation du B’nai B’rith France avec Jacques Jacubert, Yves Kamami, Stéphane Teicher, Joëlle Perelberg, Ada Sadoun
 
Le Conseil des Droits de l’Homme est le principal organe des Nations Unies œuvrant à la promotion et à la protection des Droits fondamentaux. Il a été créé par l’Assemblée générale le 15 mars 2006 pour remplacer la Commission des Droits de l’Homme qui avait été établie 60 ans plus tôt et pour donner suite à ses travaux.
 
Le Conseil définit les grandes orientations en matière de politique, examine les problèmes qui se posent dans le domaine des Droits de l’Homme, élabore de nouvelles normes internationales et en surveille l’application partout dans le monde.
 
En tant que principal organe intergouvernemental d’élaboration de politiques relatives aux Droits de l’Homme, le Conseil est habilité à évaluer la situation des Droits de l’Homme n’importe où dans le monde et à étudier les éléments d’informations présentés par les États, les ONG et d’autres sources.









Lu 730 fois


Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté