B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le B’nai B’rith France adresse à Benoît XVI ses meilleurs vœux de bonne santé et lui exprime sa reconnaissance pour son travail dans le sens du développement de l'amitié entre juifs et catholiques


Mercredi 13 Février 2013



Le pape Benoît XVI a annoncé lundi sa démission à partir du 28 février, dans un discours prononcé en latin lors d’un consistoire au Vatican

Le B’nai B’rith France adresse à Benoît XVI ses meilleurs vœux de bonne santé et lui exprime sa reconnaissance pour son travail dans le sens du développement de l'amitié entre juifs et catholiques
Le B’nai B’rith France adresse à Benoît XVI ses meilleurs vœux de bonne santé et lui exprime sa reconnaissance pour son travail dans le sens du développement de l'amitié entre juifs et catholiques

Par notre Frère Olivier BILTZ
Région Ile de France & Lille

« Jésus de Nazareth et ses apôtres étaient tous juifs. Leurs premiers disciples aussi.

Le juif Saül de Tarse, devenu chrétien, canonisé après sa mort en saint Paul, fut le premier dirigeant chrétien à ouvrir le mouvement aux non juifs, n’exigeant plus par exemple la circoncision.
 
Mais le rite chrétien est si étroitement inspiré du judaïsme que, 3 siècles après la mort de Jésus, des dirigeants chrétiens tels que Jean Crisostome, canonisé par l’Eglise, jetèrent, pour se démarquer, l’anathème sur les juifs, « peuple déicide ». Vinrent ensuite les « empoisonneurs d’eau des puits », les « buveurs de sang des enfants », etc…, et s’ensuivirent les croisades et leurs massacres de juifs et de maures.
 
Durant de nombreux siècles les chrétiens prièrent à Pâques pour les « juifs perfides »…
 
Il fallut dans ce contexte, des papes récents d’un grand courage, pour revenir sur des siècles d’antisémitisme chrétien : Jean XXIII et le concile de Vatican 2, Jean-Paul II, et dans leur lignée, Benoît XVI
 
S’agissant de ce dernier :
 
Deux jours après son élection en 2005, il écrivit au grand rabbin de Rome pour « poursuivre le dialogue et renforcer la collaboration avec les fils et les filles du peuple juif ».
 
Quatre  mois après il visitait la synagogue de Cologne (il fut seulement le deuxième  pape de toute l’histoire de la papauté à visiter une synagogue) et demanda à « parvenir à une interprétation commune des questions historiques encore discutées et, surtout de faire des pas en avant dans l'évaluation, du point de vue théologique, du rapport entre judaïsme et christianisme ».

Six  mois après, il écrivait au cardinal Walter Kasper à l'occasion du 40ème anniversaire de la Déclaration Nostra AEtate du concile Vatican II, en affirmant notamment que:
 
« le dialogue entre juifs et chrétiens doit continuer à enrichir et à renforcer les liens d'amitié qui se sont développés, tandis que la prédication et la catéchèse doivent s'efforcer de garantir que nos rapports réciproques se présentent à la lumière des principes établis par le Concile.
 
aussi bien dans le dialogue théologique que dans la collaboration et les contacts quotidiens, les chrétiens et les juifs donnent un témoignage toujours plus convaincant du Dieu unique et de ses commandements, de la sainteté de la vie, de la promotion de la dignité humaine, des droits de la famille et de la nécessité de construire un monde de justice, de réconciliation et de paix pour les générations futures ».
 
Il reçut en septembre 2005 les deux Grands Rabbins d'Israël,  Shlomo Moshe Amar, et Yona Metzger, et en janvier 2006, le Grand Rabbin de Rome Riccardo Di Segni. En recevant ce dernier,  il affirma que « l'Eglise catholique est proche de vous et est une amie. Oui, nous vous aimons, et nous ne pouvons pas ne pas vous aimer, à cause des Pères : par eux, vous nous êtes des frères très chers et préférés ».
 
Le président de l'Etat d'Israël lui a rendu une visite d'Etat en novembre 2005. Shimon Peres, en septembre 2007, à son tour est venu à Castel Gandolfo. Benoît XVI a également reçu M. Ehoud Olmert en décembre 2006.

En 2006 il se rendit au camp d'Auschwitz-Birkenau

En 2007 il est allé prier quelques instants à la Juden Platz de Vienne pour rendre hommage aux victimes de la Shoah.

En 2008 il a adressé aux Etats-Unis un message à la communauté juive qui fêtait Pessah (Pâque juive) et s'est rendu dans deux synagogues à Washington et New-York »
 











Lu 634 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 9 Mai 2017 - 09:19 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Mercredi 3 Mai 2017 - 12:20 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Notre Histoire | Nous connaître | Nous rejoindre | Communiqués | Editoriaux | INTRANET