B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE


Vendredi 16 Décembre 2011

L’ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE
Planche du 9 Novembre 2010
Brigitte RUIMY Loge Marinette Artman Boulogne



L’ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE
L’ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE

Planche du 9 Novembre 2010

Brigitte RUIMY Loge Marinette Artman Boulogne

J’ai choisi de vous parler de l’Alliance Israélite Universelle qui est une institution dont l’histoire a profondément marqué le judaïsme mondial. Elle est l’une des plus anciennes institutions du paysage juif : elle a été créée en 1860.

Elle est à l’honneur cette année car elle a 150 ans et divers évènements ont célébré cet anniversaire. Outre les cérémonies officielles en Israël et en France on peut citer la parution d’un livre sur l’histoire de l’Alliance sous la direction de l’historien André
Caspi. La Poste a émis un timbre symbolisant les valeurs de l’Alliance mais l’évènement qui a attiré le plus mon attention est une exposition qui s’est tenue à la Mairie de Paris, intitulée « 150 ans de combat pour l’Education » .

J’ai visité cette exposition riche en photos et documents variés et cela m’a permis de découvrir l’histoire de l’Alliance, les origines de sa création et ses différentes réalisations durant 150 ans. Je voulais vous faire partager tout cela.

Dans un premier temps, j’examinerai les origines de l’Alliance :

1- les faits ayant conduit à sa création

2- l’Acte fondateur

Dans un second temps je passerai en revue les réalisations de l’Alliance

1- au départ

2- actuellement

I . LES ORIGINES DE L’ALLIANCE

Il faut se situer au milieu du 19ème siècle entre 1840 et 1858. Deux affaires secouent l’opinion internationale :

1- les faits ayant conduits à sa création

a-L’affaire de Damas (1840)

En février 1840 une prêtre de Damas disparait. Il pratiquait la médecine dans les quartiers juifs, musulmans et chrétiens. On accuse les juifs de l’avoir tué , c’est une accusation de crime rituel. Des notables juifs sont arrêtes et sauvagement
torturés. La synagogue de Damas est saccagée.
Les juifs d’Europe s’émeuvent de cette affaire qui a un grand retentissement.
En France Adolphe Crémieux futur co-fondateur de l’Alliance et brillant avocat, participe à une mission pour défendre ces juifs accusés. Elle aboutira à la reconnaissance de leur innocence.
Cette première affaire provoque une réflexion et une prise de conscience dans les élites juives : il faut oeuvrer pour sauvegarder les juifs là où ils sont.

b-L’affaire Mortara (1858)

Edgardo Mortara nait en 1851 dans une famille juive de Bologne en Italie.
L’enfant est très malade et la servante catholique de la famille le fait baptiser en secret. Quelques années plus tard elle confesse ce baptême à un prêtre qui, luimême, avertit les autorités papales. L’enfant est enlevé à sa famille pour être élevé
dans la religion catholique sous prétexte qu’il appartient à l’Eglise.

Cette affaire entraîne une explosion d’indignation et les communautés juives se mobilisent (70 ans après la Révolution on ne conçoit pas que soit bafoué un des droits fondamentaux de la société : le droit du père sur son enfant). L’enfant ne sera jamais rendu à sa famille il deviendra prêtre.

Cette affaire pose les bases concrètes de la création de l’Alliance.

Deux ans plus tard quelques jeunes hommes (moyenne d’âge 30 ans) de bonne volonté, attachés aux valeurs du judaïsme et aux principes issus de la Révolution décident à Paris de fonder l’Alliance. Ils veulent défendre le droit des juifs partout
dans le monde mais aussi le droit de toutes les minorités.

2- L’acte fondateur : L’Appel du 17 mai 1860

Six personnalités lancent l’appel du 17 mai 1860 pour créer l’Alliance.

Les six signataires sont :
- Elie Aristide ASTRUC (1831-1905) Grand rabbin de Bayonne- franc maçon
- Isidore CAHEN (1835-1902) professeur de philosophie-journaliste
- Narcisse LEVEN avocat- proche collaborateur de A. Crémieux
- Eugène MANUEL Normalien et homme de lettres (principal rédacteur de l’appel)
- Jules CARVALLO (41 ans le plus vieux) ingénieur des Ponts et Chaussées
- Charles NETTER fils de rabbin, homme d’affaires et philanthrope accueille les rédacteurs à son domicile.

Le grand absent est Adolphe Crémieux. Il reste en marge de cet appel car il est certainement déstabilisé par la récente conversion au catholicisme de ses enfants, à l’initiative de son épouse.

Extraits de l’Appel soulignant la solennité et la ferveur de ce document fondateur :

« Israélites ! Si, dispersés sur tous les points de la terre et mêlés aux nations, vous demeurez attachés de coeur à l’antique religion de vos pères, quelque faible d’ailleurs que soit le lien qui vous retienne;
Si vous ne reniez pas votre foi, si vous ne cachez pas votre culte, si vous ne rougissez pas d’une qualification qui ne pèse qu’aux âmes faibles [… ];
Si vous croyez que l’idée sublime et le culte rigoureux d’un D. unique, dont nous sommes les antiques dépositaires et les obstinés défenseurs, doivent être préservés plus que jamais des calculs intéressés ou des atteintes du doute et de
l’indifférence ;
Si vous croyez que la liberté de conscience, cette vie de l’âme, n’est nulle part mieux sauvegardée pour tous les hommes que dans les Etats où les Juifs l’ont tout entière [… ];
Si vous croyez toutes ces choses, Israélites du monde entier, venez, écoutez notre appel, accordez-nous votre adhésion, votre concours; l’oeuvre est grande et bénie peut-être :
Nous Fondons l’Alliance israélite universelle ! »

II. LES REALISATIONS DE L’ALLIANCE

Dès l’origine l’Alliance veut défendre les juifs persécutés .Mais les fondateurs veulent aussi favoriser l’ascension sociale et culturelle des communautés juives d’orient qui sont les plus démunies .Ils veulent les aider à entrer dans la modernité occidentale et ceci par l’éducation. Dans cette perspective et grâce à l’aide de généreux donateurs ils décident de mettre en place un vaste réseau scolaire dans le bassin méditerranéen et dans le Moyen Orient.

1-Les réalisations au départ

a--les principes éducatifs mis en place

Comme la France est leur modèle ils veulent créer un réseau d’écoles francophones.

Des milliers d’enfants vont profiter de l’enseignement de l’Alliance. Mais pour permettre à ces enfants d’apprendre dans des conditions correctes on va aussi fournir la nourriture, l’habillement, les soins médicaux et l’hygiène ( ceci grâce au soutien
d’organisations comme l’OSE). Très vite dans les programmes on enseigne la gymnastique (« un esprit sain dans un corps sain »).On scolarise les filles : ceci est très précurseur. On propose une formation professionnelle aux élèves (apprentissage
d’un métier dans l’agriculture ou l’artisanat).

L’Alliance crée l’école Professionnelle de Jérusalem en 1882. Elle deviendra l’ORT en 1967 (institution juive internationale de formation professionnelle).

Au départ, pour enseigner dans les écoles de l’Alliance, le recrutement se fait parmi les jeunes diplômés juifs. L’arrivée de ces enseignants dans les communautés est vécue comme un bouleversement : avant t le rabbin était chargé de l’instruction
essentiellement religieuse, avec l’Alliance l’enseignement devient plus général.

L’apport de modernité constitue une chance pour les enfants de sortir de la pauvreté matérielle et de la pauvreté intellectuelle.
Très vite l’Alliance va former ses propres équipes pédagogiques et créer à Paris en 1867 L’ENIO (Ecole normale israélite orientale).En 1922 sera créé un établissement homologue pour filles. L’ ENIO aura pour directeur de 1945 à 1979 le célèbre
professeur et philosophe Emmanuel Levinas. Cet établissement formera aussi de nombreux cadres communautaires. En 1980 il devient un lycée général juif.

b--Implantation du réseau scolaire

Dès 1862 la 1ère école est ouverte à Tétouan au Maroc .L’alliance va couvrir le bassin méditerranéen et le Moyen-Orient d’un vaste réseau scolaire où l’on applique le programme des écoles françaises.
-Maroc (plus grande communauté juive du bassin méditerranéen)
-Tunisie ( environ 10 écoles )
-Algérie (surtout Talmud Torah)
-Egypte (2 générations d’élèves )
-Syrie (plus d’un siècle de présence)
-Iran (les enfants juifs étudient avec les enfants musulmans)
-Liban
-Irak
-Turquie (dans l’empire ottoman l’Alliance s’impose malgré la méfiance du pouvoir et va favoriser l’émancipation des juifs )
-Grèce
-Bulgarie
-En terre de Palestine l’école Mikveh- Israel est fondée en1870 : c’est la 1ère école agricole

En 1914 le nombre d’écoles est à son apogée : 185 écoles et environ 35 000 élèves filles et garçons(1/3 de filles)

2-Les réalisations actuelles

Après la 2ème guerre mondiale et les ravages de la shoah, le succès grandissant du sionisme et la création de l’état d’Israël, l’arrivée des états nations, l’Alliance subit un tournant mais s’adapte aux mutations de l’histoire : il n’est plus question d’implanter des écoles mais l’Alliance va garder sa mission éducative.

Elle conserve une présence éducative en Europe (France, Suisse, Espagne, Belgique) mais aussi au Canada, au Maroc, et en Israël.

Aujourd’hui il existe environ 50 écoles ou affiliées (écoles juives indépendantes ayant des liens avec l’Alliance). Plus de 20 000 élèves continuent à recevoir une éducation visant à transmettre le patrimoine du judaïsme tout en respectant des valeurs de modernité. L’enseignement du français se fait soit comme langue principale, en France, soit comme 1ère langue à l’étranger.

En Israël il existe à Jérusalem et à Yaffo des écoles de sourds muets pour les 3 religions. A Tibériade, Safed, Haïfa on scolarise des enfants qui ne trouvent pas où s’insérer. Il faut citer l’Institut Kerem (1974) dans lequel l’Alliance apporte ses compétences pour aider à la formation des maîtres et qui constitue un centre d’excellence avec un diplôme reconnu par l’état.

A part les écoles et la mission éducative il faut rappeler les activités annexes de l’Alliance par lesquelles elle participe au rayonnement de la culture juive dans le monde.

-La bibliothèque de l’Alliance qui existe depuis sa fondation (45 rue La Bruyère Paris 9ème) qui est une ressource essentielle pour les sciences du judaïsme. Elle comporte environ 130 000 ouvrages, 1 million de documents d’archives (archives d'institutions comme l’OSE , archives de personnages célèbres comme Mendès-France)

-Le collège des études juives, dont le directeur est Shmuel Trigano , dispense des cours réguliers et a une activité de conférences.

-Plusieurs départements d’édition et notamment Les Cahiers du Judaïsme.

Pour conclure je voudrais citer quelques grands présidents de l’Alliance

-le 1er président :Isaac Moïse dit Adolphe Crémieux

-Les 3 derniers :
- René Cassin 1943-1976 prix nobel de la paix en 1968
-Jules Brunschwig 1976-1985
- Ady Steg depuis 1985

Et enfin je terminerai par une phrase d’André Malraux tirée de son discours en l’honneur du centenaire de l’Alliance en 1960, qui résume l’action de cette institution juive vouée à la culture et à l’éducation et animée par des valeurs de générosité, tolérance, pluralisme et humanisme comme au B'nai Brith :
« Pour sauver les démunis parmi eux les juifs se sont battus non par l’épée mais par le livre »









Lu 2304 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 19 Mai 2015 - 10:34 Solidatité avec le Népal

Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté