B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Edito de la Newsletter de la Loge Bialik - Décembre 2012


Lundi 17 Décembre 2012

A l’heure où l’année 2012 touche à sa fin, on ne peut pas s’empêcher de regarder dans le rétroviseur du temps qui passe les douze mois qui se sont écoulés. Et ce qu’on y voit rappelle, si besoin était, que l’année a été bien difficile.



Edito de la Newsletter de la Loge Bialik - Décembre 2012
La tragédie de Toulouse, la multiplication des actes antisémites, la montée en puissance de cellules islamistes radicales issues de nos quartiers, la remise en cause de libertés du culte fondamentales partout en Europe, la poursuite du programme nucléaire iranien face à l’atonie internationale, la pluie de roquettes tombées sur Israël et la riposte légitime de Tsahal avec un goût d’inachevé, l’arrivée au pouvoir des islamistes dans les pays arabes s’étant soit-disant « libérés », les massacres à la chaine en Syrie dans un silence assourdissant, le vote à l’ONU pour l’ « Etat » palestinien, une crise économique mondiale qui n’en finit pas, des campagnes électorales décevantes en France et aux Etats-Unis au vu de la gravité des enjeux, des débats clivants sur la structure même de notre société (vote des étrangers, mariage « pour tous », adoption par des couples homosexuels, radicalisation de certaines positions sur la laïcité, …), des combats indignes et irresponsables au sein de certaines formations politiques.
Au milieu de cette liste non exhaustive de nuages noirs, certains rayons plus lumineux ont certes pu tenter de percer, mais ils ont été bien timides et bien rares. Tous ces évènements ne sont bien sûr pas à mettre sur le même plan, mais un point commun ressort de cette inquiétante énumération : les repères avec lesquels se guide notre société sont en danger. Le mensonge, la démagogie, la facilité et la langue de bois l’emportent trop souvent sur la vérité, la responsabilité, l’effort et le parler vrai. La lâcheté domine le courage. Les intérêts partisans relèguent l’intérêt général au second plan. Certes il ne s’agit pas ici de généraliser, mais nul doute qu’un vent mauvais souffle de plus en plus fort. Il ébranle les fondements mêmes de notre pacte démocratique et républicain sans lequel rien n’est possible.

A l’origine du mal, il y a cette crise grave qui frappe notre économie, notre industrie, notre emploi, et qui alimente à la fois la morosité, la peur et le repli sur soi face à un avenir tellement flou. Les dégâts politiques et sociaux se font de plus en plus douloureux. Et de cette crise en naît une autre, plus profonde, plus indicible, plus dangereuse : la crise des valeurs qui se nourrit de ces fissures sociales. C’est aussi, et avant tout, contre elle qu’il faut lutter sans compromis. Sinon, notre société entrera dans un tunnel noir et sinueux dont la sortie serait des plus incertaine.

Le respect, l’écoute, l’ouverture, la tolérance, la justice, l’éducation, la transmission. Autant de piliers sur lesquels reposent notre histoire commune et notre avenir commun. Le judaïsme en a toujours fait ses fondements et sa fierté. C’est aussi pour cela que le Peuple juif a de tout temps été la cible privilégiée, permanente et obsessionnelle des obscurantistes et des rétrogrades de tous bords qui misent eux sur l’ignorance, le mensonge et la haine pour asseoir leur pouvoir autoritaire.

Quand l’antisémitisme se propage aussi rapidement que c’est le cas actuellement, derrières des arguments de façade aussi inexcusables qu’inacceptables, le pire est à craindre. Les pouvoirs publics ont fait montre tout au long de cette année d’une détermination sans faille dans la lutte contre ce fléau qui ronge notre République toute entière. Mais ce ne sera pas suffisant. Pour espérer gagner cette guerre, c’est l’ensemble des forces vives de la société qui doit être sur le front. Ce combat majeur est l’affaire de tous les défenseurs des valeurs de la République, de la démocratie et de l’humanisme, bien au-delà de la seule communauté juive qui y prend bien sûr toute sa part. L’histoire a montré qu’en la matière, la passivité équivalait à la résignation, que la résignation conduisait à la démission et que la démission aboutissait à la défaite. Gageons qu’aujourd’hui, il ne soit pas trop tard pour réagir.

2013 est donc à nos portes. Rarement une année à venir aura comporté autant d’incertitudes, de risques, et de dangers. De l’économie mondiale qui s’enlise, à la question iranienne qui s’envenime, en passant par les élections israéliennes qui s’approchent, et le terrorisme global qui ne désarme pas. Cette année s’annonce décisive. Elle comportera des étapes majeures qui détermineront notre avenir proche. Plus que jamais, il conviendra d’être attentifs, vigilants et mobilisés pour les affronter et les surmonter.
Mais surtout, sachons dans cet environnement houleux et difficile nous réjouir de tous les motifs de satisfaction qui émaillent notre quotidien, et faisons tout pour qu’ils existent et pour qu’ils résistent. Garder l’enthousiasme, la foi, et l’espoir, malgré les difficultés et les épreuves, c’est avant tout cela l’ADN du peuple juif qui nous a permis à travers l’histoire de tout supporter, de tout surmonter, et de poursuivre ensemble notre chemin. C’était déjà vrai hier. Ce sera encore vrai demain.

Très bonne année 2013.









Lu 343 fois


Solidarité | Droits de l'Homme | Culture | Jeunesse | Fondation Bnai Brith | Israël | Activités locales | Politique | Judaïsme | Communauté