B'NAI B'RITH FRANCE

Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. La plus ancienne association Juive humanitaire mondiale (1843)

Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

COMMUNIQUE du B’nai B’rith France


Mardi 4 Juillet 2017

Le B’nai B’rith France a appris avec émotion et une immense tristesse la disparition de Madame Simone Veil qui a incarné un destin hors norme, une vie de combats, un courage exceptionnel



COMMUNIQUE du B’nai B’rith France
Le B’nai B’rith France a appris avec une immense tristesse la disparition de Simone Veil à l’âge de 89 ans. Son histoire faite de tragédies et d’espoirs, son parcours exceptionnel et ses combats pour la Mémoire, les Droits de la femme, l’Europe et la liberté resteront dans tous les esprits.
 
Comme, Jean d'Ormesson l’a dit lors de l’entrée de Madame Simone Veil à l'Académie française « Nous vous aimons, Madame », oui nous vous aimons Madame, vous qui avait incarné des grands moments de l’histoire du XXe siècle avec la Shoah, l’émancipation des femmes et l’espérance européenne, vous à qui la région Nice Côte d’Azur du B’nai B’rith France a remis en 2006 les « Menoras d’Or » et que le B’nai B’rith a eu l’honneur d’accueillir lors de la remise du Prix des Droits de l’Homme du BBF au Père Desbois pour son travail sur les populations juives d’Ukraine assassinées et mortes sans sépulture, vous femme d’exception, profondément humaniste et courageuse qui avait œuvré sans relâche pour la mémoire de la Shoah et des autres génocides.
Rescapée d’Auschwitz et de Bergen-Belsen où Simone Veil avait été déportée à l’âge de 16 ans, témoin infatigable de l’horreur indicible d’où une grande partie de sa famille ne reviendra pas, magistrate, ministre à plusieurs reprises, Présidente du Parlement européen, membre du Conseil Constitutionnel, et enfin membre de l’Académie française, Simone Veil fut avant tout un destin hors normes et une référence morale incontournable de notre temps. 
On retiendra son discours historique prononcé à l’Assemblée Nationale le 26 novembre 1974, quand ministre de la Santé Simone Veil porta le projet de loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse qui fut alors voté, ainsi que son discours d’entrée à l’Académie française le 18 mars 2010 où elle évoqua avec une émotion forte et rare ses parents déportés. Deux discours qui résonneront dans notre histoire pour longtemps. 
Porteuse en permanence d’une espérance pour l’Homme, pour la société et pour son pays, elle n’a jamais transigé sur la défense des valeurs de la République, des valeurs humaines, et des valeurs du judaïsme qu’elle portait avec force, dignité, courage et intelligence.  
Il est désormais de notre responsabilité à tous d'agir pour que la flamme et la lumière de ses combats contre la haine, contre l'antisémtisme, contre l’obscurantisme continuent à être portées par les générations à venir à l'heure où notre société en a tant besoin. 
Serge Dahan, Président du B’nai B’rith France et tous les membres du B’nai B’rith France présentent leurs plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.
 








Lu 252 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 8 Août 2017 - 23:57 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Mardi 18 Juillet 2017 - 11:55 COMMUNIQUE du B’nai B’rith France

Notre Histoire | Nous connaître | Nous rejoindre | Communiqués | Editoriaux | INTRANET